POLTERGEIST III (Gary Sherman)

121172896_o

REALISATEUR

Gary Sherman

SCENARISTES

Gary Sherman et Brian Taggert

DISTRIBUTION

Tom Skerritt, Nancy Allen, Heather O’Rourke, Zelda Rubinstein…

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur
Année de production : 1988

Les Freeling ont envoyé leur fille Carole Anne dans une école pour surdoués à Chicago. Pendant cette période, Carole Anne vit chez sa tante Patricia et son oncle Bruce dans un gratte-ciel de luxe, le John Hancock Center. Mais les esprits qui la hantent depuis son plus jeune âge n’en ont pas fini avec elle…le sinistre révérend Kane s’est échappé des limbes et a retrouvé sa trace…

Lorsqu’on lui confie le projet Poltergeist III, le réalisateur Gary Sherman (Le Métro de la Mort, Mort ou Vif…) décide de déplacer l’action dans une grande ville et choisit alors son Chicago natal. Craig T. Nelson et JoBeth Williams ne souhaitant pas reprendre les rôles des époux Freeling, on ne retrouve dans ce dernier volet de la trilogie que deux acteurs des précédents épisodes : Heather O’Rourke (la petite Carole Anne) et Zelda Rubinstein (la voyante Tangina Barrons).

Comme le second volet, Poltergeist III n’est pas une franche réussite mais je le trouve tout de même supérieur au 2 principalement grâce une idée aussi simple que bien exploitée, celle des miroirs comme passage vers la dimension des forces surnaturelles. En cette ère pré-images de synthèses, tous les trucages ont été méticuleusement storyboardés et réalisés sur le plateau au moyen de nombreuses astuces, ce qui donne beaucoup de plans saisissants et efficaces.

Le film souffre tout de même de son budget inférieur à celui de Poltergeist II. Gary Sherman a du renoncer à certaines scènes et après une mise en place plutôt bien ficelée, la dernière demi-heure est un peu plus laborieuse. Le périple des tuteurs de Carole Anne, interprétés par Tom Skerritt (Alien) et Nancy Allen (Robocop), s’essouffle rapidement et ils n’ont pas le même capital sympathie que les Freeling. Suite au décès de Julian Beck, Nathan Davis a repris le rôle de Kane, sous un épais maquillage qui n’est pas du tout convaincant.

85a99aeb9d5c761ecc95951e446d94bb

La post-production a été marquée par une tragédie. Heather O’Rourke était déjà malade au début du tournage et son traitement a provoqué quelques effets secondaires (qui expliquent son visage un peu plus « bouffi »). Mais le diagnostic des médecins n’était pas le bon et alors qu’elle se croyait sortie d’affaire, Heather a fait une rechute et est décédée en février 1988 à l’âge de 12 ans. Après cela, Gary Sherman a perdu l’envie de compléter le film en reshoots mais il s’est plié aux ordres du studio qui voulait une fin différente. Et c’est pour cela qu’on ne voit pas le visage de Carole Anne dans le dernier plan puisqu’il s’agit d’une autre petite fille.

Ce drame a contribué à entretenir une légende autour d’une « malédiction Poltergeist », après les décès de Dominique Dunne (Dana Freeling dans Poltergeist), assassinée par son petit ami à l’âge de 22 ans, et de Julian Beck (Kane dans Poltergeist II) et Will Sampson (Taylor dans le II) des suites d’une longue maladie.