ROBOCOP (Paul Verhoeven)

HTB13LdQNVXXXXcFXFXXq6xXFXXXD_600x

REALISATEUR

Paul Verhoeven

SCENARISTES

Edward Neumeier et Michael Miner

DISTRIBUTION

Paul Weller, Nancy Allen, Ronny Cox, Miguel Ferrer, Kurtwood Smith, Dan O’Herlihy…

INFOS

Long métrage américain
Genre : science-fiction/action
Année de production : 1987

Au début des années 80, Edward Neumeier faisait partie du département artistique du Blade Runner de Ridley Scott. Et selon ses dires, c’est là que lui est venue l’idée de Robocop. Dans Blade Runner, un flic traque des robots qui ressemblent à des humains. Il a alors joué avec ce concept pour imaginer un flic devenu un robot qui chasse des criminels humains. Neumeier découvre alors qu’une de ses connaissances, Michael Miner, travaillait sur la même chose pour son premier scénario. Les deux hommes ont alors décidé d’unir leurs forces (et leurs références très comic-book) pour développer l’univers d’Alex Murphy, policier abattu dans l’exercice de ses fonctions et ramené à la vie en cyborg dans une ville de Détroit gangrenée par le crime.

Le script de Robocop a été refusé par plusieurs réalisateurs avant d’être proposé à Paul Verhoeven qui cherchait le bon sujet pour son premier film américain (sa carrière aux U.S.A. a débuté en 1986 par un épisode de la série anthologique Le Voyageur). Mais après quelques pages, il jette le scénario, pensant qu’il ne s’agissait qu’un stupide film d’action de plus. Heureusement, Mme Verhoeven l’a récupéré et après l’avoir lu jusqu’au bout a persuadé son mari de lui donner une seconde chance. C’est là que le « hollandais violent » a reconnu l’aspect satirique du récit et son côté furieusement provocateur.

critique-robocop-verhoeven14

Au coeur de cette critique vacharde d’une société corrompue et désensibilisée à la violence, il y a la quête d’humanité d’un personnage principal au parcours quasi-christique. Peter Weller n’a pas été choisi que pour son physique qui lui permettait d’enfiler plus facilement l’iconique combinaison créée par Rob Bottin (Arnold Schwarzenegger et Michael Ironside faisaient partie des acteurs envisagés), c’est aussi l’expressivité de son visage…ou plutôt du bas de son visage pendant une grande partie du métrage…qui a retenu l’attention. L’expérience du tournage n’a pas toujours été facile, mais Peter Weller a su apporter cette touche d’innocence qui caractérise Murphy et qui le rend vite attachant alors qu’il est présent peu de temps à l’écran avant sa transformation.

L’interprétation est globalement de très bonne qualité. Les flics (Nancy Allen, Robert DoQui…) ne sont cependant suffisamment bien développés car ce sont principalement les méchants qui assurent le spectacle (et quelle belle galerie de sales gueules). Dans Robocop, il n’y a pas une grande différence entre les cadres de la « méga corporation » OCP et les criminels. Ronny Cox, alias Dick Jones, l’ordure en costard, et Kurtwood Smith, alias le chef de gang Clarence Bodicker, offrent des prestations inoubliables en vilains d’anthologie. Bob Morton, l’ambitieux responsable du projet Robocop campé par Miguel Ferrer, pourrait presque être plus sympathique que Dick Jones, mais il reste le produit d’un système pourri…ou comme le dirait le sergent Reed, un « sale con ». Le face-à-face dans les toilettes entre Jones et Morton fait partie des moments savoureux d’un long métrage qui enchaîne les scènes mémorables.

critique-robocop-verhoeven19

Dans Robocop, tout le monde en prend pour son grade (le reaganisme, les grandes entreprises, les médias, la télé-poubelle, la « culture » des armes aux Etats-Unis…) dans un spectacle jubilatoire et énergique (le film dure un peu moins de 1h40 et pas une minute de trop) à l’ironie mordante. L’ensemble est gore et sacrément fun autant que profond, avec beaucoup de thèmes très intéressants servis par une excellente mise en scène de Paul Verhoeven, des prestations réussies dans tous les domaines de la production et un thème musical très accrocheur.

Films, série TV, dessin animé, téléfilms, jeux vidéos, attraction dans des parcs à thème, bandes dessinées…Robocop a donné naissance à une franchise inégale (il y a du bon comme du très oubliable) qui n’a jamais retrouvé la puissance du premier film.

Le premier film a été adapté en comic-book par Marvel, un one-shot écrit par Bob Harras et dessiné par Alan Kupperberg et Javier Saltares.

IEEJSc83_070517063157lola

robocop-comic-adaptation

Entre 1990 et 1992, Marvel a publié une série en 23 numéros, scénarisée par Alan Grant puis Simon Furman.

« C’est l’histoire d’une chenille qui se souvient avoir été un papillon. »

La couverture du premier numéro de la série Marvel par Lee Sullivan (qui a aussi signé les intérieurs) :

Tiens, tout le monde écrit « Robocop », mais on devrait écrire « RoboCop » : tous les visuels montrent bien un C majuscule.
Je me suis rendu compte de ça il y a une dizaine d’années… Je ne l’avais jamais remarqué auparavant.

Pour ma part, j’ai beaucoup joué au jeu vidéo sur CPC (avec sa musique ayant des airs de Sans contrefaçon de Mylène Farmer…), et ce bien avant de voir le film (en même temps, à sa sortie, je n’avais pas l’âge requis, déjà…).

Et même une statue à Detroit (qui n’est pas encore installée, mais c’est pour bientôt) :

Tori.

Je devais avoir 15 ou 16 ans la première fois que j’ai vu à la TV. C’est vieux, mais j’ai l’impression qu’il y avait encore le fameux carré blanc (ou rectangle blanc plutôt)…

Ça devait être sur France 3 (ou FR3 à l’époque) , un jeudi. :grin:

C’est dans celui-là ou dans le 2 qu’il y a une publicité pour un système de lutte contre les vols de voiture (assez expéditif)?

Dans le deuxième film
(avec John Glover)

1 J'aime

J’adore cette citation de Verhoeven, elle est très belle…
Verhoeven avait aussi la figure de Jésus en ligne de mire bien sûr, mettant en scène l’exécution d’Alex Murphy comme une crucifixion, la thématique de la résurrection bien sûr, mais aussi le plan célèbre à la fin ou Robocop semble marcher sur l’eau.
Ce film est absolument génial, un de ceux que j’ai le plus vus dans ma prime jeunesse, sans l’ombre d’un doute (et j’aimais aussi beaucoup le jeu sur Amstrad CPC, ce qui ne nous rajeunit pas).
Après plus de trente ans, je reste bluffé par la prescience du film quant à l’évolution des sociétés occidentales (ultra-consumérisme idiot, méga-entreprises qui deviennent plus puissantes que les états eux-mêmes, violence pandémique, etc…). Un film visionnaire, en effet aussi fun que profond.

1 J'aime

Parmi les noms au générique :

Extrait d’une interview :

So, this is old news by now, but what did you actually do in Robocop ?

Chaykin : Nothing. I was asked to design a car. Now, I have no skill in designing automobiles. And bear in mind, at the time, I had never driven. (laughter). Mostly, I think it was to thank me for all the stuff they were borrowing. (laughter). I got friendly with Ed Neumeier very briefly, but we haven’t spoken in years.