SIMETIERRE (Kevin Kolsch et Dennis Widmyer)

Louis Creed, un jeune médecin de Chicago, vient s’installer avec sa famille à Ludlow, petite bourgade du Maine. Leur voisin, le vieux Jud Crandall, les emmène visiter le pittoresque " simetierre " où des générations d’enfants ont enterré leurs animaux familiers. Mais, au-delà de ce " simetierre ", tout au fond de la forêt, se trouvent les terres sacrées des Indiens, lieu interdit qui séduit pourtant par ses monstrueuses promesses. Un drame atroce va bientôt déchirer l’existence des Creed…

V1

Près de 30 ans après la version de Mary Lambert (qui reste pour moi une des meilleures adaptations cinématographiques d’un roman de Stephen King), Simetierre va de nouveau être porté à l’écran par le duo Kevin Kolsch et Dennis Widmyer (le film d’horreur indé Starry Eyes).

Le trio vedette est le suivant :

  • Jason Clarke sera Louis Creed

V1_UX214_CR0%2C0%2C214%2C317_AL

  • Amy Seimetz sera Rachel Creed

V1_UY317_CR3%2C0%2C214%2C317_AL

  • John Lithgow sera Jud Crandall

V1_UY317_CR19%2C0%2C214%2C317_AL

Sortie française le 10 avril 2019.

Mon billet sur le Simetierre de Mary Lambert :

Est-ce qu’ils vont réadapter le morceau des Ramones pour cette nouvelle version?

Selon la légende, le morceau aurait été écrit par Dee Dee Ramone en quelques minutes dans les toilettes du manoir de Stephen King. L’auteur venait de leur expliquer l’histoire et leur proposer d’écrire un morceau original pour le film quand Dee-Dee s’est éclipsé. Les autres Ramones ont eu peur qu’il soit parti faire des conneries (voler quelque chose ou se shooter) mais finalement après quelques dizaines de minutes, il est revenu avec la première version des paroles du morceau et surtout son formidable refrain :

"I don’t want to be buried in a pet semetary,
I don’t want to live my life again."

Sinon j’avais bien aimé ce film qui reste assez proche du livre.
En adaptation de Stephen King, je préfère largement “Shining” mais c’est vrai que l’adaptation est plus “libre” par rapport au roman. :grin:

Héhéhé…chouette anecdote…

Mmmm…pas moi…:wink:

Même si j’ai un très fort attachement pour “Maximum Overdrive” que j’ai dû voir des dizaines et des dizaines de fois quand j’étais gamin avec mon frère et ma sœur.
Déjà il me semblait kitsch à l’époque, il faudrait que j’y rejette un œil. :rofl:

Hummm…:wink:

pet-sematary-remake-cat-churchill-1137225

pet-sematary-remake-grave-1137219

pet-sematary-remake-john-lithgow-jason-clarke-1137224

pet-sematery-remake-amy-seimetz-1137228

pet-sematery-remake-amy-seimetz-jason-clarke-1137226

V1_SY1000_CR0%2C0%2C640%2C1000_AL

La bande-annonce :

Ça sent la collection de “jump scare” à tout va…

La nouvelle bande-annonce :

V1_SY1000_CR0%2C0%2C640%2C1000_AL

La nouvelle bande-annonce dévoile notamment un gros changement par rapport au livre et au premier film…donc si vous voulez vous garder la surprise, ne regardez que la première…:wink:

J’avais beaucoup aimé le bouquin. Mais après Ca et la Tour sombre, crois-je encore à une bonne ame capable d’adapter le Maître?

Oui, si tu penses plutôt à Mr. Mercedes ou Castle Rock.
Ou encore à Misery, Les Évadés, La Ligne Verte, 22.11.63…

Mais bon… pour celui-ci, je ne suis pas optimiste.

Les échos sont mitigés, difficile de se faire une idée a priori…

J’ai vu récemment et beaucoup aimé Simetierre, film de 2019 qui adapte le roman éponyme de Stephen King de 1983. Après un premier long-métrage en 1989, voici donc une nouvelle version dotée d’acteurs impliqués et d’une très belle photographie. Mais c’est surtout un film qui réalise des changements pertinents, bien que cela le rende plus terrible et pessimiste.
Je vous propose un avis plus complet : https://topcomics.fr/simetierre-avis-critique-review-une-nouvelle-adaptation-cinematographique-de-stephen-king

Je viens de le voir, même si je ne suis pas très client (les histoires de chats morts et d’enfants écrasés, je ne suis pas friand), et c’est pas mal. La fin (je n’ai aucun souvenir du roman et fort peu du précédent film), m’a l’air différente, mais elle est percutante.
Après, il y a des moments où l’on sent que c’est un produit calibré à l’extrême. La scène du tragique drame de la route cumule notamment un montage d’une qualité formidable (on voit plus de choses sans rien véritablement montrer, dans une acrobatie de l’ellipse) et une floppée d’explications (oh, le portable qui sonne) qui rajoute des couches de hasard afin de mettre en avant le « c’est la faute à personne » et donc d’éviter un vrai questionnement moral (la direction vers laquelle le père concentre sa colère). La séquence résume le cinéma moderne : on ne montre rien, mais on titille le voyeurisme en évitant de se poser les questions les plus évidentes.
Mais autrement, oui, les acteurs sont bien, les décors sont pas mal (bon, les Américains ne mettent ni haies ni barrières ni volets à leurs maison, et après, ils font des histoires d’accidents de la route et de tueurs fous qui passent par la fenêtre : faut pas s’étonner), l’articulation des péripéties est simple, et le film n’est pas trop long.
Pour un spectateur comme moi, qui n’est pas fondamentalement client, ça va.

Jim