SUPERMAN III (Richard Lester)


(Le Doc) #1

Superman%20III

REALISATEUR

Richard Lester

SCENARISTES

David & Leslie Newman

DISTRIBUTION

Christopher Reeve, Richard Pryor, Annette O’Toole, Robert Vaughn, Jackie Cooper, Marc McClure, Annie Ross, Pamela Stephenson, Margot Kidder…

INFOS

Long métrage américain/britannique
Genre : aventures/science-fiction
Année de production : 1983

À l’origine, le premier traitement du scénario de Superman III, écrit par le producteur Ilya Salkind, incluait trois personnages des comic-books, Brainiac, Mr Mxyzptlk et Supergirl. La première apparition de Supergirl devait d’ailleurs préparer le film dérivé de l’héroïne. Ce pitch a finalement été rejeté par la Warner (mais la cousine de Superman a tout de même fait ses débuts sur grand écran en 1984). Et à la place des deux super-vilains, l’Homme d’Acier a finalement affronté…un simili Donald Trump et son super-ordinateur !

La controverse autour du renvoi de Richard Donner (voir Superman I & Superman II) n’a pas facilité les relations entre les producteurs et les têtes d’affiche de la saga cinématographique. Margot Kidder a exprimé publiquement son mécontentement et dans ce troisième volet, le rôle de Lois Lane a été réduit puisqu’elle ne fait que passer, au début et à la fin du film.
Comme souvent dans ces cas-là, il y a deux sons de cloche : l’actrice pense qu’elle a en quelque sorte “payé” d’avoir défendu Richard Donner et critiqué les Salkind et Richard Lester. D’après Ilya Salkind, écarter Lois et faire de Lana Lang (incarnée par Annette O’Toole, la future Martha Kent de la série TV Smallville) le nouvel “intérêt amoureux” de Clark Kent était un choix scénaristique motivé par la décision de poursuivre une autre direction que celle engagée dans les deux premiers Superman.

Christopher Reeve a hésité avant de reprendre le rôle qui a fait sa renommée. À un tel point qu’il se dit que les Salkind ont failli faire de Tony Danza (Madame est servie) leur nouveau Superman. Christopher Reeve a accepté de revenir sous la condition que des modifications soient apportées au script. Mais il ne s’est jamais bien entendu avec le réalisateur Richard Lester, qu’il trouvait beaucoup trop obnubilé par la recherche du gag. Ce qui se vérifie dès la séquence générique…
Dans Superman III, pas de musique épique et de lettres qui se détachent sur un ciel étoilé. Les crédits déroulent sur une suite de gags slapsticks un peu trop longue pour son propre bien.

Le ton comique du film est amplifié par le casting de Richard Pryor (Car Wash, Transamerica Express…) dans le rôle de Gus Gorman, un informaticien de génie manipulé par Ross Webster (campé par Robert Vaughn), homme d’affaires multimilliardaire qui veut dominer le monde. Malgré l’abattage de Richard Pryor (qui a déclaré dans son autobiographie n’avoir accepté de jouer dans Superman III que parce qu’il était généreusement payé), l’humour est très inégal et passe du sympathique (plus de sourires que de rires tout de même) au navrant en quelques minutes.

L’un des plans de Ross Webster pour se débarrasser de Superman consiste à tuer le héros avec une kryptonite de synthèse. Suite à une bourde de Gus, le minerai transforme en fait l’Homme d’Acier en un être corrompu et destructeur (ce qui rappelle les effets de la kryptonite rouge). Christopher Reeve est absolument excellent en version dépravée de Superman et après avoir rapidement épuisé le potentiel comique de la situation (le fameux gag de la Tour de Pise), le récit prend un aspect un peu plus sombre.

Après une “super-crise de nerfs”, les deux personnalités de Superman se divisent : d’un côté, l’immoral Superman; de l’autre, le gentil Clark Kent. Le combat qui prend place dans la décharge reste pour moi la meilleure scène du long métrage, avec une bonne montée en puissance et une intensité qui manque au dernier acte avec le super-ordinateur.

Descendu par la critique, Superman III fut une déception au box-office, avec 80 millions de dollars de recettes au box-office mondial pour un budget d’environ 40 millions. Les Salkind ont alors décidé de se concentrer sur un film Supergirl, pour “rafraîchir” la franchise en quelque sorte…mais le succès ne fut une nouvelle fois pas au rendez-vous.

Quant à Superman, le pire était encore à venir…


SUPERMAN IV (Sidney J. Furie)
1938-2018 : BON ANNIVERSAIRE SUPERMAN !
1938-2018 : BON ANNIVERSAIRE SUPERMAN !
(Adanedhel54) #2

Alors que les deux premiers films ont bercé mon enfance, j’ai découvert celui-ci bien plus tard, après avoir développé un embryon d’esprit critique… Sans doute pour le mieux.

Le film me fait toujours pleurer de rire, mais plus devant le côté navrant de certaines scènes que pour ses gags volontaires (la scène des cacahuètes dans le bar est juste hilarante ! et sa reprise dans la saison 1 de la série Supergirl était géniale !).

C’est vrai que l’affrontement du bon et du méchant Superman reste un moment assez fort d’un film… qui en comporte peu.
Malheureusement, le pire n’était en effet pas encore derrière…


(Vinch64) #3

Merci de reparler de ce film. :blush:

C’est le premier film (hors dessin animé) que j’ai vu au cinéma et d’ailleurs un des seuls que j’ai revu une seconde fois en salle. Celui d’après, ça sera le “Retour du Jedi”.
Bon, si on enlève le côté affectif, c’est quand même un sacré mauvais film. J’ai du le revoir quand j’étais ado et je me souviens d’avoir eu des fous rires tellement c’était laid.
Tu m’as quand même donné envie de le revoir, merci! :rofl:


(Le Doc) #4

Héhéhé…c’est toujours sympa de lire ça…et encore plus quand le film n’est pas très bon…:wink:
La qualité des films Superman a vite commencé à décliner après le premier volet par Richard Donner, mais je suis quand même plus gentil que toi avec celui-là car il y a quand même encore des choses qui me plaisent bien (oui, même la nanardesque transformation de la soeur du vilain en cyborg^^). Je le trouve donc plus (très) moyen que mauvais.
Le IV, c’est autre chose…mais je détaille ça très prochainement…


(Le Doc) #5

Suite à des problèmes de droits avec le scénario de Mario Puzo, DC Comics n’a pas publié d’adaptation en comics des deux premiers Superman. L’éditeur a donc commencé avec le troisième film. Cary Bates s’est chargé de transposer l’histoire de David & Leslie Newman en BD, avec Curt Swan et Sal Amendola aux dessins.

Superman_III_Movie_Special

superman3b

supermaniii-2

supermaniii-1


(Photonik) #6

Malgré ses carences (énormes), je conserve une affection particulière pour ce film. Nostalgie, quand tu nous tiens…
Pour cette franchise, c’est simple : plus ça va et moins c’est bon. C’est pas toujours aussi systématique, mais là c’est clairement le cas.


(Vinch64) #7

C’est pour ça que j’aimerais bien le revoir. Mes souvenirs de mes 6 ans puis de mes 15 ans sont loins et j’ai un peu plus de recul aujourd’hui.
D’ailleurs, je me souviens que pour le dernier visionnage, j’avais loué avec mon frère et ma sœur une série de nanars (il y avait au moins un Critters dans le lot). Le but était clairement de se moquer. Je pense qu’on a tous fait ça. :rofl:


(Le Doc) #8

J’aime bien les deux premiers Critters. Les deux suivant nettement moins…:wink:


(FC powaaaa) #9

C’est sorti en VF, ça, d’après mes souvenirs !


(Le Doc) #10

Yep :

Superman3


(FC powaaaa) #11

J’ai dû le revoir en brocante !


(とり) #12

Ah, moi, comme VF d’une adaptation en comics d’un troisième film, j’ai celui-ci :

~___^


(Lord-of-babylon) #13

Cette scène m’a absolument terrifié étant gamin. Alors que la film m’avait surtout ennuyé ou affligé (Pryor putain), ici j’en ai eu des cauchemards