Dr WATSON t.1-2 (Stéphane Betbeder / Darko Perovic)

Discutez de Dr Watson

Une théorie intéressante sur les personnages.

Vous pensiez vraiment que j’allais le mettre.
Lisez-le.

:wink:

Jim

Encore un truc qu’il faut que je décartonne !

Tu donnes vraiment l’impression d’être pire que moi, dans le genre j’achète beaucoup.
Vivement que tu te mettes à lire et relire, afin de nous donner plein de commentaires.

Jim

Non, on est deux, c’est ça la différence !

Moi qui pensais acheter pour deux !

Jim

Et attends donc : mon père pensait acheter une BD pour l’anniv’ de la petite … c’est pas fini !

Ah mais tant mieux : acheter des livres aux enfants, c’est la meilleure idée du monde.

Jim

Ouais, mais les BD, quand tu as trois ans, c’est pas encore facile. Pour le faire de temps avec le Château Chat ou un Spider-Man (sur l’un d’eux, faut que j’explique que Spidey met les vilains au coin parce qu’ils ont fait des bêtises) c’est plus compliqué qu’avec des Caroline par exemple.

Mais j’ai remarqué qu’elle commençait à comprendre la gymnastique des cases !

Alors, future lectrice, ou future auteure ?

Jim

Oula, déjà, si elle lit, ce sera déjà pas mal. Elle fera bien ce qu’elle voudra !
(après, je ne l’empêcherai pas de lire et relire les Manuels de Monsieur Lainé)

image

Après, le 1er tome, je ne suis pas convaincu. Déjà, on a ici une construction à la Bendis, c’est à dire qu’on voit Watson dans une mauvaise posture dès le début et que l’auteur nous raconte comment on est arrivé là. Ensuite, que Watson soit en limite dépression suite à la mort (ou pas) de Sherlock, ce n’est pas surprenant et ça a une certaine logique, mais le choix de lui avoir donné des capacités de déduction similaire à Sherlock, ça enlève tout le sel du perso originel en fait. En plus, il fait assez vieux ici et a donc des capacités physiques assez étonnantes. Pour le coup, on se rapproche un peu des comic books (ah, et Mycroft a un physique de déménageur, cela en est presque étonnant, mais je n’ai pas de souvenir de sa version officielle). Donc, le petite touche de fantaisie dans cette histoire est pour le moment les apparitions fantomatiques de Sherlock, où l’on doute encore si c’est “réel” ou si ça vient des délires de Watson.
Au dessin, Perovic. Je ne sais pas ce qu’il a déjà fait, mais il a un côté comic book dans le style et dans certains cadrages (pas mal de gros plans, par exemple). Cela dit, si le travail est fait, je n’ai pas été transporté. je ne sais pas pourquoi, si c’est lié au fait que ça me semble manquer de caractère ou d’encrage. Ce n’est pas moche, hein, mais ça ne me transporte pas, sans que j’arrive à expliquer pourquoi.

Illustration officielle :

Et vu qu’il est plutôt partisan du moindre effort, il ne doit pas avoir une carrure de déménageur.

Il est censé avoir entre 40 et 45 ans lors de la disparition de Holmes.

Tori.

Je lui en donne plus proche de 55 …

Merci Tori.

Un aperçu du dessin.

PlancheA_228004

PlancheS_44849

Jim

Comme ça, vous pouvez vous donner une idée de Watson et de Mycroft.

Chez Soleil, il a bossé sur la série Carnets secrets du Vatican ainsi que sur le diptyque Alamo de Dobbs, dans la même collection « 1800 ».
Et chez Inukshuk Éditions, il a fait un album intitulé Brek.

Jim

Ah bah je pourrai comparer.
Mais déjà, soit je m’habitue, soit j’étais mal luné pour le tome 1, mais je préfère le tome 2 au dessin. Pour le scénar, j’attends la fin, mais je ne suis pas du tout emballé.

image

Donc, j’ai lu le tome 2, et à la fin de l’épisode, j’ai compris pourquoi il y avait certaines bizarreries (notamment pour Mycroft).
En fait, je ne sais pas si je peux vous donner une comparaison parce que cela va vous enlever tout le ressort de l’histoire, mais sauf qu’en fait, la montée pour arriver à cela ne m’a pas du tout passionné … donc, j’en ressort un peu décontenancé parce qu’au final, l’idée est plutôt pas mal et rattrape un peu le concept de la collection 1800 (qui me paraissait jusque là un peu passé aux oubliettes, un point aussi qui s’explique avec ce final), mais le “passé” de Watson ne m’a pas du tout intéressé et puis je ne suis pas sûr d’avoir tout compris au milieu de ce tour de passe-passe, entre le passé et le présent.
Donc, je pense que je vais remettre le nez dedans pour bien voir comment cela a été fait, mais sans grande envie.

En revanche, le travail de Perovic m’a plus plu dans ce tome, alors que visiblement, il l’a dessiné pendant une très mauvaise période de sa vie. Je n’ai pas eu la même impression lors cette lecture que lors du 1er tome (je ne m’explique pas pourquoi). C’était surtout sur les cadrages et là, c’est plutôt pas mal, avec un coup de crayon assez précis.

A noter que la couverture n’est pas réalisée par Ronan Toulhoat, mais par Grzesiek Krysinski. Je suis moins fan, ça sort un peu du format habituel de la collection et je ne trouve pas qu’elle claque.

Et pour les fanas du lettrage, alors que visiblement, c’est le même studio, il est ici différent, et plus à mon goût. Les bulles sont beaucoup plus rapprochées des lettres, ça me semble beaucoup plus agréable à la lecture.