GOLDORAK t.1-4 (Gô Nagai / Gosaku Ota)

Discutez de Goldorak

Un message a été fusionné à un sujet existant : GOLDORAK (Gô Nagai)

J’ai récemment trouvé les quatre tomes de l’édition Black Box de Goldorak. J’avais déjà l’un des tomes de l’édition Dynamic, mais je n’avais pas encore eu l’occasion de compléter.

image

L’occasion a fait le larron et j’ai pris cette édition. Plus grand format, elle propose des tomes assez jolis, bien reliés, avec un chouette papier. Petit bonus pour l’ancien fan de la série animée, que j’ai vue arriver sur les petits écrans à l’époque, la traduction est refaite, et s’aligne sur les choix de Michel Gatineau, responsable du doublage. Donc, contrairement à l’édition Dynamic, le héros s’appelle Actarus, pas Duke Fleed, par exemple.

image

Bon, l’histoire, je crois, est connue : les forces de Vega, un empire extraterrestre conquérant, tournent leur regard vers la Terre, objet de convoitise, et lancent l’assaut. Sur Terre, le professeur Procyon a recueilli un jeune homme, survivant de la lointaine Euphor, qui prendra part à la lutte contre l’envahisseur aux commandes de son robot géant, Goldorak. À ses côtés, il y a Alcor, un Terrien courageux que les Japonais connaissent pour tenir la vedette dans des séries précédentes de Gô Nagai, détail qu’ignorent les jeunes Français de l’époque, pour qui ce dernier est une sorte de faire-valoir tout à fait normal.

image

Pour le vieux fan de la série, l’un des trucs les plus intéressants (parce que, au final, le dessin de Gosaku Ota, clair et limpide, rond et souriant, mais sans doute un brin torché quand même, n’est pas le point fort de la série), c’est de comparer les différences entre la série animée et la bande dessinée (qui a démarré après, d’ailleurs, tant la Toei était pressée de lancer un nouveau succès sur le petit écran). Par exemple, ici, Actarus est en partie amnésique, et c’est l’arrivée des forces de Vega qui réveille les souvenirs douloureux qu’il garde de son ancienne vie. Alcor y est présenté comme un dragueur impénitent pas loin du queutard, là où le dessin animé nous le présentait seulement comme un bagarreur un peu emporté. Alors oui, la VF orchestrée par Gatineau avait changé des choses (Hydargos apparaissait plus fourbe et tricheur que dans la VO où il est plus va-t-en-guerre), mais ça ne tient pas qu’à ça. Les péripéties même varient, les situations couvrent un éventail plus large, bref, la tonalité générale est différente.

image

Pour ma part, je lis lentement, même si les bulles sont peu nombreuses et l’action omniprésente. En effet, malgré les années qui passent, je ne suis toujours pas rompu à l’exercice consistant à lire dans le sens oriental. Il me faut un effort permanent pour guider mon regard, je me perds souvent et cette concentration sur le sens de lecture se fait au détriment de ma compréhension, si bien que je finis par perdre le fil et donc par relire les séquences qui précèdent. Malgré cela, je prends un plaisir sincère à redécouvrir ce petit univers dans une forme assez proche de ses origines, plutôt que par rapport aux souvenirs que j’avais gardés de la série animée.

Jim

C’est probablement une des raisons du succès moindre de Grendizer par rapport à Mazinger au Japon : le fait que Koji Kabuto/Alcor soit un simple faire-valoir et plus le héros.

Ah, oui, forcément, ça n’aide pas à l’immersion.
En ce qui me concerne, je n’ai jamais eu aucun souci de ce côté, et je passe facilement d’un sens de lecture à un autre, mais je conçois que ça puisse être compliqué pour certains (d’autant plus quand on a été confronté pour la première fois au sens de lecture japonais à l’âge adulte : c’est un peu comme les langues : il faut commencer à en apprendre quand on a encore un cerveau en formation et malléable, c’est bien plus efficace).

Une petite question concernant Goldorak : as-tu également le one-shot par Gô Nagai seul ?

Tori.

Autre question : est ce que l histoire a un début, un milieu, une fin ? Des arcs ? Est ce une formule qui se répète ?

Oui.

En quatre tomes, c’est un peu court…

Oui et non. Les Golgoths se suivent et ne se ressemblent pas… ~__^

Tori.

Hum … 4 tomes …

Oui, c’est une explication bien souvent avancée, et je pense que c’est vrai. Il y a une logique un peu d’univers partagé (d’ailleurs, le tome 2 joue là-dessus) et j’imagine que les lecteurs ou téléspectateurs qui ont été fan des précédentes séries ont dû le vivre bizarrement.

Voilà.

J’ai pas la chronologie en tête, mais je crois que les premiers mangas édités en France dans le sens de lecture oriental, c’est disons la moitié des années 1990, non ? Auquel cas j’avais 25 ans, ce qui me semble déjà un peu tardif. Et en plus, je n’avais pas beaucoup de ronds, donc les mangas que j’achetais, c’était des suites de séries commencées plus tôt, quand tout était dans le sens occidental. Je n’ai pas eu l’occasion de « m’entraîner ».
Quand j’étais prof, vers 1997-1998, je discutais avec mes élèves collégiens, qui lisaient beaucoup de mangas (et de franco-belge) et passaient sans sourciller d’un sens de lecture à un autre. Pour moi, c’était comme observer un super-pouvoir en action !

Non, j’ai un tome de l’édition Dynamic et les quatre volumes de l’édition Black Box.

Jim

À vue de nez, oui. Je te dis ça quand j’arrive à la fin du tome 4.

Pas tant.
Dans le tome 2, il y a la fin d’une saga dans une civilisation souterraine. Et une histoire avec un monstre, qui mobilise les autres robots géants de l’univers nagaïen.
Donc y a des variations, et des diversions.

Jim

Il me semble que le premier était Dr. Slump, dont le premier tome est sorti le 22 mars 1995.

Un ami à moi suivait des cours d’arabe… Le prof écrivait au tableau dans les deux langues en même temps, chacune d’une main… Là aussi, on avait vraiment l’impression de voir un super pouvoir en action (d’autant qu’écrire dans ces deux langues signifie penser dans ces deux langues en même temps !).

Oui, ça, j’ai bien vu. Le one-shot est sorti chez Black box également… Ah, d’ailleurs, on est sur le sujet du one-shot, en fait, si j’en crois les premiers messages ! ~___^
J’ai rectifié, du coup.

Tori.

Merci pour les réponses.

Je dois avouer que l idée que goldorak ait une histoire et une fin autre que bah ça y est, c était le dernier, frise pour moi le paradoxe conceptuel. Limite rupture d anévrisme.

Ah, ben ne le lis pas, alors : tu risquerais d’y passer…

Tori.

Allez, il faut savoir vivre dangereusement !

J’ai repris ma lecture des quatre tomes de l’édition Black Box.

image

C’est marrant de voir comment la série animée et la bande dessinée ont pris deux directions différentes. Non seulement dans l’orientation (et la conclusion), mais aussi dans le développement d’intrigues secondaires (qui parfois ne seront pas exploitées, ou très peu avant d’être rapidement évacuées).

image

Ce tome est marqué par une première partie concluant l’exploration d’un royaume souterrain (qui laisse entendre aux personnages et aux lecteurs que le passé de la Terre est plus mystérieux qu’on ne croit), par la rencontre d’anciens pilotes d’Euphor réduits en esclavage, qui parviennent à prendre le contrôle de leur Golgoth et à rallier la cause d’Actarus, et par le combat contre le Dragosaure, une immense créature qui demandent l’intervention d’autres héros de Gô Nagai, dont Mazinger et les Getter (mais aussi l’inoubliable Béliorak, héhé…). Un biscuit pour fan, plein d’action.

Jim

Le troisième tome de la collection aborde des sujets dont je ne me souviens pas dans la série animée (qui fait 74 épisodes, je ne suis pas sûr de les avoir tous vus à l’époque de la diffusion même si j’essayais de n’en rater aucun, et ça remonte à loin, je n’ai pas revu la série en entier…).

image

La première intrigue concerne le Professeur Procyon, qui n’a pas la même apparence que dans le dessin animé. Celui-ci, persuadé que son fils adoptif aurait le tempérament pour gagner la guerre (au lieu de passer son temps à gratter la guitare à la ferme, fichu hippie !), et tente de le conditionner pour qu’il prenne le pouvoir sur Terre afin d’entraîner une contre-attaque à l’échelle mondiale contre l’envahisseur. Nourrissant de grands projets, Procyon voit déjà Actarus en maître du monde, pas moins !
Ce dernier, découvrant le pot-aux-roses, prend Goldorak et se casse parce que bon ça commence à suffire. Dans l’espace, il est rattrapé par les pilotes Euphoriens (libérés de l’esclavage précédemment) qui l’invitent à revenir continuer la lutte (et qui partagent l’avis de Procyon, soit dit en passant).

image

Le deuxième récit montre comment Horos fait croire à l’opinion publique terrienne qu’Actarus est l’un de ses hommes et que le subterfuge a assez duré : les défenses des Terriens sont abaissées, il peut revenir participer à l’assaut final. Cette vaste entreprise de désinformation porte ses fruits puisque la foule en délire prend d’assaut le Centre, dans une reprise modernisée de l’image classique de la populace en colère voulant mettre le feu au château.
La troisième intrigue voit les héros (dont la réputation a été sauvée par Alcor) se reposer à Hawaii. Ce n’est ni McGarrett ni Magnum qu’ils y croisent, mais une jeune femme qui pratique la chasse au requin (au gros calibre). Élevée par son grand-père, elle découvre, lors d’une attaque de Golgoth, qu’elle n’est pas née sur Terre, mais que ce dernier l’a emportée au moment de la chute d’Euphor. Voyant en Goldorak et Actarus les raisons de la mort de son grand-père, elle entreprend de vider ses chargeurs sur nos héros : cet intermède comique, en plus de présente Phénicia dans la série (d’une manière bien différente de la version animée), se conclut sur une course-poursuite amusante et décalée.

Les rires vont bientôt cesser pour le quatrième tome.

Jim

J’aime beaucoup la caractérisation d’Horos dans le manga. C’est un des personnages les plus intéressants, je trouve.

Tori.

Il a des motivations plus complexes que le simple défi de faire mieux par la science que ce que Minos parvient à faire par les armes.

Jim

Je plussoie.

Le quatrième tome propose un menu de choix pour les gens qui, comme moi, ont découvert le personnage par le biais de la série télévisée.

image

Le tome commence avec le surgissement du gorille géant créé par la science d’Horos, et qui inaugure la période « monstrogoths ». On se souvient du double épisode de « La Bête », avec ce gorille à casque de visigoth qui arrache un bras à Goldorak. La version BD ouvre ce recueil. Ça bastonne bien, même si ça saigne un peu plus qu’à la télé. Les différents pilotes (puisque Venusia est intégrée au groupe) travaillent de manière concertée, ça speede, c’est puissant.

image

Le reste du sommaire reprend les grandes lignes du dernier tiers de la série animée : la planète Stykadès est détruite, obligeant les forces de Véga à s’exiler. Et où ? Bah sur Terre, hé ! La description de la fin de ce monde est assez saisissante. Pris à la gorge, le Grand Stratéguerre ordonne une attaque en masse, afin de provoquer une réaction de la part des humains et une guerre nucléaire entre grandes nations. Le big boss est pris de folie meurtrière. De son côté, Horos (qui a réglé son compte à Minos, non mais !) cherche à préserver la « planète bleue » parce qu’il compte y installer son peuple. Il s’oppose donc à son chef, et tente de minimiser les dégâts, mais c’est trop tard.

Quant à Goldorak, la conclusion nous apporte des précisions sur sa fonction, son rôle, son programme. Gô Nagai raccroche les wagons avec les intrigues précédentes, notamment celle autour de Mycène. Tout concourt à donner à la fin de la série une conclusion pessimiste en diable, malgré la fragile lueur d’espoir des dernières planches (bien vacillante, la lueur, hein). Assez saisissant, désarçonnant, même : j’avais entendu dire que la fin ne rigolait pas, mais là, je dois avouer que c’est bien carabiné, en effet.

Jim

Je confirme.