LE TRESOR DE LA MONTAGNE SACRÉE (Kevin Connor)

REALISATEUR

Kevin Connor

SCENARISTE

Brian Hayles

DISTRIBUTION

Christopher Lee, Milo O’Shea, Oliver Tobias, Emma Samms, Puneet Sira, Mickey Rooney, Capucine, Peter Cushing…

INFOS

Long métrage britannique
Genre : aventures fantastiques
Titre original : Arabian Adventure
Année de production : 1979

Le Trésor de la Montage Sacrée est le dernier d’une série de longs métrages mêlant grande aventure et fantastique produits par John Dark et réalisés par Kevin Connor. Les deux hommes ont d’abord collaboré sur une trilogie d’adaptations de l’oeuvre de Edgar Rice Burroughs (Le Sixième Continent, Centre Terre Septième Continent et Le Continent Oublié) avant de reprendre les mêmes recettes pour une histoire originale, Les Sept Cités d’Atlantis. Des divertissements aux budgets limités et aux effets spéciaux le plus souvent rudimentaires, mais qui ont su garder un certain charme suranné…

Et c’est encore le cas pour l’ultime entrée des productions Dark/Connor qui a pour titre Arabian Adventure en version originale. Dernier scénario écrit par Brian Hayles (un auteur régulier de la série Doctor Who qui avait déjà signé celui des Sept Cités d’Atlantis) avant sa mort à l’âge de 48 ans, cette fantaisie orientale peut se voir comme un hommage à ce grand classique qu’est Le Voleur de Bagdad (la version de 1940) et sait communiquer un vrai sens de l’émerveillement malgré ses faiblesses et ses humbles moyens.

Il y a là tous les ingrédients de ce genre de récit : le gamin intrépide et au coeur pur toujours accompagné de son fidèle singe (Puneet Sira, devenu depuis producteur et réalisateur bollywoodien), le prince valeureux (le fade Oliver Tobias) qui doit remplir une mission dangereuse pour l’amour d’une princesse (la mignonne Emma Samms) et bien entendu le méchant calife qui manipule tout ce beau monde. Grand admirateur de Conrad Veidt (qui fut d’ailleurs Jaffar dans Le Voleur de Bagdad), Christopher Lee a profité de ce rôle pour revenir brièvement en Angleterre après trois ans passés aux Etats-Unis (une période pas très relevée de sa filmographie, qui se distingue surtout par sa participation au 1941 de Spielberg).

La production artistique fait de jolies choses vu le budget serré. Pas énormément d’argent, mais de l’imagination avec un bonne utilisation des décors réels, des miniatures et des matte-paintings ainsi que des trucages optiques aussi simples qu’efficaces. Etant donné les circonstances, les scènes avec les tapis volants restent les moins convaincantes mais l’assaut final est tout de même très dynamique…mais pas au point de le décrire comme un « Star Wars avec des tapis volants » comme certaines affiches de l’époque…

S’il n’est pas le meilleur des Dark/Connor, Le Trésor de la Montagne Sacrée est un très sympathique film d’aventures familial, certes daté par certains aspects mais tellement agréable à regarder. La distribution réserve aussi quelques invités surprises comme Mickey Rooney dans le délirant passage avec les dragons mécaniques, la française Capucine (La Panthère Rose) en génie et Peter Cushing en prisonnier politique du calife le temps de deux scènes qu’il ne partage hélas pas avec son grand ami Christopher Lee.