LES CONTES DE LA CRYPTE (Saisons 1-7)

Nuit de Noël pour femme adultère (1989)
Saison 1, épisode 2
Réalisateur : Robert Zemeckis
Scénariste : Fred Dekker
Avec : Mary Ellen Trainor, Larry Drake, Marshall Bell…

vault-xmas2

Créée par Steven Dodd d’après les célèbres bandes dessinées de l’éditeur EC Comics, la série Les Contes de la Crypte, diffusée entre 1989 et 1996 sur HBO, déroule une impressionnante liste de producteurs exécutifs : Walter Hill, Robert Zemeckis, Richard Donner, David Giler et Joel Silver. Les trois premiers ont d’ailleurs inaugauré la liste de réalisateurs, Zemeckis s’occupant du deuxième épisode, And all through the house ou Nuit de Noël pour femme adultère en version française, avec Fred Dekker (The Monster Squad) au scénario.

Il s’agit de l’adaptation d’une histoire signée Johnny Craig et publiée à l’origine dans le #35 du titre Vault of Horror. Les premières secondes débutent dans une ambiance de Noël classique, la caméra glissant sur les décorations de fête d’une demeure aisée. Le calme est apparent car lorsque la maîtresse de maison s’empare du tisonnier, ce n’est pas pour entretenir le feu de la cheminée mais plutôt pour le planter dans le crâne de son second mari.

maxresdefault

Elizabeth (Mary Elizabeth Trainor, la psy des Arme Fatale) a commis ce geste pour toucher l’argent de l’assurance et refaire sa vie. Mais alors qu’elle tentait de se débarrasser du corps, elle est attaquée par un échappé de l’asile déguisé en Père Noël et campé par un Larry Drake (le méchant de Darkman) qui cabotine avec entrain sous son épais maquillage.

Ce court récit avait déjà été transposé sur grand écran en 1972 dans le long métrage Tales from the Crypt. Sur les deux versions, je préfère celle de la série télé, notamment grâce à la réalisation de Zemeckis (qui s’était entouré de ses collaborateurs réguliers, comme le directeur de la photographie Dean Cundey et le compositeur Alan Silvestri), le rythme frénétique et l’humour noir réjouissant.

1 « J'aime »

Tu regardes ça où, Doc ?

Je l’ai revu sur YouTube.

Pour les Pères Noël tueurs, il y a Happy!

ginevra