LES TROIS FANTASTIQUES SUPERMEN (Gianfranco Parolini)

media

REALISATEUR

Gianfranco Parolini

SCENARISTES

Gianfranco Parolini, Marcello Coscia et Theo Maria Werner

DISTRIBUTION

Tony Kendall, Brad Harris, Aldo Canti, Carlo Tamberlani…

INFOS

Long métrage italien/allemand/français/yougoslave
Genre : action/aventures
Titre original : I fantastici 3 Supermen
Année de production : 1967

À partir de la deuxième moitié des années 60, le cinéma d’exploitation italien a vu apparaître un cycle de films de super-héros inspirés par deux grands succès du moment : les films de James Bond et la série télévisée Batman avec Adam West et Burt Ward. Des personnages comme Flashman, Argoman et Superargo ont alors fait le bonheur des amateurs des cinémas de quartier (sans oublier les vraies adaptations de bandes dessinées italiennes comme Diabolik et Kriminal). Les titres français devaient tout de même alimenter une certaine confusion car Argoman et Superargo (pour son deuxième long métrage) sont devenus « Superman » en V.F…et des Supermen, le cinoche d’action et d’aventures transalpin n’en manquait pas.

Les 3 Fantastiques Supermen est le premier volet d’une longue série assez populaire pour avoir eu droit à un chapitre officieux en Turquie (il y a même eu une co-production avec la Turquie, avec Cüneyt Arkin, la star locale, qui a rejoint les rangs des Supermen en 1979 dans 3 Supermen contro Il Padrino). Le dernier film, 3 Supermen in Santo Domingo, est sorti en 1986 et à peu près la même période, ces échappés d’une bande dessinée ont aussi vécu des aventures en fumetti, accueillant cette fois-ci une femme dans l’équipe.

Au début de l’histoire, les 3 Supermen ne sont pas trois, mais deux : Tony, le chef incarné par Tony Kendall (le « Kommissar X » de la franchise de polars allemands), et Nick, l’acrobate muet qui ne fait que rigoler en toute circonstance (ce qui est tout de même vite énervant…et un peu gênant aussi). Les Supermen sont certes des voleurs de classe internationale, mais ils sont surtout des charmants voleurs, des gentlemen cambrioleurs dont la combinaison résiste aux balles, ce qui est très pratique dans leur activité particulière. Leurs bottes sont munies d’accessoires qui leur permettent de marcher sur les parois et de bondir dans tous les sens et ils ne s’en privent pas. Les cascades sont d’ailleurs assez spectaculaires et Aldo Conti (qui joue Nick) effectuait ses sauts lui-même.

En échange d’une amnistie, les Supermen acceptent de travailler avec le musculeux Brad, un agent du F.B.I. campé par l’américain Brad Harris que le réalisateur Gianfranco Parolini avait déjà dirigé dans Hercule se déchaîne (et qui est aussi l’acolyte de Tony Kendall dans ses Kommissar X). Leur enquête les amènera à affronter Gottlieb, un sous-Goldfinger qui veut contrôler le monde avec une machine lui permettant de tout répliquer, de l’argent, de l’or et aussi des personnes (mais le procédé n’est pas parfait, créant des soldats décérébrés et instables qui se désagrègent dans un trucage tout pourri)…

Dans un style léger et bon enfant, les 3 Supermen vivent des aventures bondissantes et improbables aux nombreux rebondissements qui ont l’air de sortir tout droit d’un antique serial. L’ensemble est cheap, un poil trop long, très crétin…mais aussi souvent fun grâce à ses nombreuses scènes d’action, des gadgets à foison, des visuels colorés à la Batman (la montée verticale d’une paroi est même reprise ici…manque plus que les onomatopées à l’écran) et une ambiance Bond de Prisunic. On passe d’un genre à l’autre (comédie, super-héros, espionnage…) aussi rapidement qu’un saut de trampoline et c’est aussi kitsch que divertissant…bon, à part la médiocre bande originale très « Benny Hill » dans l’esprit…

Je n’ai vu que la première aventure des 3 Supermen (il y en a eu en tout onze en comptant les zèderies turques) mais il semble qu’il n’y ait pas vraiment de continuité au sein de la série, avec des personnages qui changent régulièrement d’un épisode à l’autre et à ce qu’il semble un aspect comique encore plus accentué par la suite. Tony Kendall n’a joué que dans Les Trois Fantastiques Supermen; Brad Harris est revenu dans Les 3 Supermen dans la Jungle (en interprétant un Brad différent) et Aldo Conti a ressorti son trampoline dans Supermen contre les Amazones et 3 Supermen contro Il Padrino.

Quelques couvertures :

FANTASTICI3SUPERMAN001

FANTASTICI3SUPERMAN1008