L'ÎLE MYSTERIEUSE (Cy Endfield)

REALISATEUR

Cy Endfield

SCENARISTES

John Prebbel, Daniel P. Ullman et Crane Wilbur, d’après le roman de Jules Verne

DISTRIBUTION

Michael Craig, Joan Greenwood, Michael Callan, Garry Merrill, Herbert Lom…

INFOS

Long métrage américain/britannique
Genre : aventures
Titre original : Mysterious Island
Année de production : 1961

Pendant la Guerre de Sécession, des soldats nordistes et un reporter de guerre profitent d’une tempête pour s’échapper d’une prison sudiste. Ils s’échappent à bord d’un ballon, mais l’aérostat ne résiste pas aux éléments déchaînés et le groupe s’échoue sur une mystérieuse île en plein Pacifique. Ils sont bientôt rejoints par deux femmes naufragées et ensemble, ils organisent leur survie…

Dans la deuxième moitié des années 50, les grands studios américains se sont intéressés aux romans de Jules Verne, avec la mise en chantier de plusieurs longs métrages aux résultats divers : ainsi, les très réussis 20.000 Lieues sous les mers de Disney et Voyage au centre de la Terre de la Fox côtoient le décevant De la Terre à La Lune de la Warner (pour ne citer que quelques titres).
La Columbia s’était porté acquéreur des droits de L’Île Mystérieuse, que l’on peut considérer comme une suite à deux oeuvres précédentes de Jules Verne, Les Enfants du Capitaine Grant et 20.000 Lieues sous les Mers.
L’idée était d’abord d’en faire une adaptation fidèle, mais le premier scénario, aux accents “Robinson Crusöé”, ne fut pas jugé assez palpitant. Il faut alors décidé de le réécrire et d’ajouter un peu plus de menaces pour les naufragés…sous la forme d’animaux géants…

Qui dit créatures géantes à la Columbia dans les années 50/60, dit bien entendu le duo Ray Harryhausen et Charles Schneer. Le succès du Septième Voyage de Sinbad en 1958 fit que les deux compères purent imposer leur marque de fabrique sur la production de L’Île Mystérieuse et en faire un bon véhicule pour les techniques d’animation image par image de Ray Harryhausen, connues sous l’appellation Dynamation. Des changements furent imposés (les héros devenus des militaires, les femmes absentes du roman…) et ce sans dénaturer, paraît-il (d’après les informations que j’ai pu glanées, puisque j’avoue ne pas l’avoir lue), l’oeuvre de Jules Verne…

Très bon film d’aventures rythmé par la superbe musique de l’excellent Bernard Herrman, compositeur régulier des fantaisies de Harryhausen & Schneer quand il ne travaillait pas sur les films d’Alfred Hitchcock, L’Île Mystérieuse bénéficie d’une direction artistique brillante et de merveilleux effets spéciaux : les visuels de l’île, à base de matte-painting détaillés, renforcent sa dimension fantastique et le défilé de créatures à la taille démesurée est au centre de nombreuses péripéties filmées avec dynamisme…crabe, volatile, abeilles, monstre sous-marin tentaculaire font partie des menaces qu’affrontent les “Robinsons” avant un final explosif.
L’existence même de ces espèces géantes est reliée aux actes et aux convictions du personnage à la réputation légendaire qui apparaît dans le dernier acte, le célèbre Capitaine Nemo, réfugié dans la solitude et le travail après sa supposée disparition.

Après James Mason dans 20.000 Lieues sous les Mers, le rôle du capitaine Nemo a été confié à Herbert Lom, apparu précédemment dans le Spartacus de Stanley Kubrick et qui se préparait à incarner Le Fantôme de l’Opéra dans le remake de la Hammer.

Herbert Lom est l’acteur le plus connu d’une distribution solide, où l’on retrouve notamment Michael Craig (Modesty Blaise), Joan Greenwood (Les Contrebandiers de Moonfleet) et la jolie Beth Rogan qui apporte une touche sexy à l’ensemble.

Les productions Ray Harryhausen et Charles H. Schneer n’ont pas toujours bien mis en avant leurs réalisateurs. Les stars (et donc le principal argument publicitaire), ce sont les créatures…et généralement, on parle d’un film de Ray Harryhausen et les metteurs en scène sont rarement cités. L’Île Mystérieuse a tout de même à sa tête l’américain Cy Endfield, touche-à-tout de talent, blacklisté pendant les années 50 après son thriller Fureur sur la ville et futur réalisateur d’un excellent film de guerre, Zoulou (1964) avec Stanley Baker et Michael Caine dans les rôles principaux.

L’Île Mystérieuse fut transposé en bande dessinée par l’éditeur Dell Comics, qui était spécialisé à l’époque dans les adaptations de films, avec Tom Gill aux dessins et Herb Trimpe à l’encrage.