FRANKENSTEIN ET LE MONSTRE DE L'ENFER (Terence Fisher)

REALISATEUR

Terence Fisher

SCENARISTE

Anthony Hinds

DISTRIBUTION

Peter Cushing, Shane Briant, Madeline Smith, David Prowse, Bernard Lee, Patrick Troughton…

INFOS

Long métrage britannique
Genre : horreur
Titre original : Frankenstein and the Monster from Hell
Année de production : 1974

Dans les années 70, la Hammer Film Productions vivait ses dernières heures. Le studio tentait de nouvelles formules, comme mêler l’horreur aux films de kung-fu avec La Légende des 7 vampires d’or mais là encore, le succès ne fut pas au rendez-vous. Historiquement, l’hybride de Roy Ward Baker fut en 1974 le dernier films de vampires de la Hammer…qui sortit également la même année la dernière entrée de son cycle Frankenstein avec Frankenstein et le Monstre de l’Enfer.

Les cinq premiers Frankenstein de la Hammer, produits entre 1957 et 1969, ont quasiment tous (à l’exception de L’Empreinte de Frankenstein signé par Freddie Francis) été réalisés par Terence Fisher. Le cinquième volet, Le Retour de Frankenstein, avait été conçu comme le dernier et voyait le baron, toujours incarné par Peter Cushing, périr dans les flammes. La Hammer est ensuite passée par la case reboot, avec un Frankenstein plus jeune dans Les Horreurs de Frankenstein, sans grand succès une nouvelle fois avant de rappeler Terence Fisher et Peter Cushing pour un ultime tour de piste.

Décidément increvable, le Baron Frankenstein n’est donc pas mort à la fin du Retour, mais il en est sorti avec les mains horriblement brûlées. Il se cache depuis dans un asile de fou dont il a réussi à devenir le médecin en faisant chanter son directeur (un être abject qui a violé sa propre fille Sarah, devenue muette et l’assistante du Baron, et qui abuse de ses patientes). En secret, Frankenstein poursuit ses expériences, mais vu l’état de ses mains, le résultat n’est pas très concluant. Tout change le jour de l’arrivée d’un nouveau pensionnaire, un jeune médecin enfermé pour sorcellerie pour avoir tenté de reproduire les expériences de Frankenstein…

Simon Helder est incarné par Shane Briant, qui était alors l’un des nouveaux visages de la Hammer, vu notamment dans Straight on till morning, Les Démons de l’Esprit et Capitaine Kronos, tueur de vampires. La dynamique maître/élève qui s’installe entre les deux protagonistes est bien écrite et il y a une belle complémentarité entre le jeune homme avide d’apprendre et le savant prêt à tout pour accomplir le but de sa vie. Au fur et à mesure, Helder commence à douter des méthodes de son mentor…surtout lorsque la belle Sarah est menacée…

Peter Cushing est une nouvelle fois impérial dans le rôle-titre, habile manipulateur, cruel et glacial (et toujours partant pour une cascade à l’âge de 59 ans), de plus en plus habité au fil du récit. Sa créature prend ici la forme d’un « néanderthalien », un maquillage hirsute pas vraiment convaincant mais ce patchwork grotesque n’en demeure pas moins un être pathétique et mélancolique. Méconnaissable, le regretté David « Dark Vador » Prowse incarnait ici pour la deuxième fois le monstre après Les Horreurs de Frankenstein et allait retrouver Peter Cushing trois ans plus tard dans La Guerre des Etoiles.

Frankenstein et le Monstre de l’Enfer fut le dernier film de la carrière de Terence Fisher, qui n’avait pas tourné depuis Le Retour de Frankenstein en 1969, notamment à cause d’un accident et de relations pas toujours au beau fixe avec les patrons de la Hammer (mais il pouvait toujours compter sur Christopher Lee et Peter Cushing pour l’imposer sur des projets). Ce dernier Frankenstein a divisé mais je trouve qu’il ne manque pas d’intérêt. Il n’y a certes plus la flamboyance des débuts mais le réalisateur a su composer avec un budget limité et un décor quasi-unique assez monotone pour construire un récit qui prend son temps pour bien poser son atmosphère, ses enjeux et ses personnages avant de monter en puissance dans une efficace (et sanglante) deuxième partie.

La scène en question revue par Bruce Timm :

3c2b9-little2bshoppe2bof2bhorrors2b252319

Mon premier Frankenstein de la Hammer.

Un film que j’avais tellement bien compris que je croyais que Frankenstein,c’était le jeune.

D’ailleurs,dans mes souvenirs,le vieux (Frankenstein,donc)était tué par le monstre.

J’ai un peu amalgamé de la même manière