L'ARGENTINE (Andreas)

51aWXoaDoGL

Une jeune fille kidnappée est retrouvée en Argentine. Son père, éminence grise des trois derniers présidents français, est mis sur la touche après l’élection du nouvel homme fort de l’Élysée du parti d’extrême droite. Alors que l’activité cérébrale de sa mère, dans le coma depuis sa naissance, s’accélère brusquement… Andreas arrive chez Futuropolis avec un polar jubilatoire. Les révélations, surprenantes, s’enchaînent et entraînent le lecteur dans un jeu de piste dont l’auteur de Rork et Capricorne a le secret !

  • Album: 94 pages
  • Editeur : Futuropolis (21 août 2019)
  • Collection : ALBUMS
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 275482605X
  • ISBN-13: 978-2754826051
  • Dimensions du produit: 33,2 x 1,3 x 23,6 cm

Un nouvel Andreas est toujours un événement. En tout cas pour moi.

L’auteur, que je suis depuis Rork, que j’avais trouvé brillamment abscons dans son diptyque Cyrrus / Mil, qui m’avait enchanté à diverses occasions (Raffington Event, Quintos…) et qui a construit une belle série de crypto-super-héros avec Capricorne, est toujours passionnant et surprenant.

Ce nouvel opus, chez Futuropolis (donc : prestige) apporte déjà une surprise en matière de dessin. Le trait est uniforme (ou presque), sans relief, sans ombre. Les choses sont dessinées comme si elles étaient découpées dans du carton (c’est particulièrement frappant dans les décors), et servies par des aplats signés Isabelle Cochet. Cette sobriété affectée tranche avec les précédentes expériences graphiques de l’auteur (les feutres dans Fantalia, les hachures imitation gravure dans Cromwell Stone).

Le découpage quant à lui est toujours impressionnant. Andreas alterne les cases horizontales étriquées et les vignettes verticales, recourt à des gaufriers, utilise l’espace blanc du papier pour créer des ruptures de séquence. Toute la grammaire des comics (notamment ceux de Frank Miller) est mobilisée. Comme toujours, c’est virtuose.

L’intrigue revêt au début l’apparence d’un thriller politique : la fille d’un politicien de l’ombre est enlevée, puis mystérieusement retrouvée à l’ambassade d’Argentine. Ramenée en France, elle mobilise une enquête des services de police.

Mais peu à peu, bien sûr, l’intrigue bascule dans le fantastique, avec une brute au cerveau d’enfant, un mystérieux foetus, les sujets d’expérience obscures, une salle emmurée dans la cave…
Jusqu’à un final qui, comme souvent chez l’auteur, laisse au lecteur plus de questions que de réponses (ce qui nécessitera une autre lecture).

Andreas se permet même de lancer des fausses pistes, de s’intéresser à des personnages secondaires puis de les abandonner, de faire croire à des événements tout en retournant la situation, de manière presque arbitraire. Tout cela me semble volontaire, et en écho à ce que je crois comprendre de la fin de l’album.
Mais c’est très désarçonnant.
Comme beaucoup d’œuvres précédentes, cela dit.

Jim

Pour commencer Andreas, tu conseilles ce titre, Rork ou Capricorne ?

Les deux derniers.
Peut-être Capricorne, qui me semble un poil moins hermétique (Rork a ses petits moments obscurs).
Après, tu as quelques avis dans cette section, qui te permettront aussi d’aller picorer.

Jim

Ok, merci.

Edit : Capricorne, 20 tomes !!! Vais peut être pas me lancer.

Ça vient d’être réédité en intégrale de 2 tomes.

Arf …

Pour la sortie d’Argentine, belle interview d’Andreas dans le dernier des Cahiers de la BD, qui évoque beaucoup Capricorne. On a aussi droit à quelques pages de Rork.

Désolée, Soyouz, j’ai pris un peu de retard à répondre.
Commence par Rork car Capricorne est un personnage de cette série avant d’être le héros de la sienne.

Comme je suis fan d’Andreas, je te dirais bien de te plonger dans tout ce qu’il a fait. Jim t’en a proposé plein… En notant que Cromwell Stone est aussi un personnage de Rork au départ.

A la liste de Jim, j’ajoute ces albums ci :

J’aime tout particulièrement Styx.

Au passage, j’ai mis un avis sur L’Argentine

ginevra

Mais j’ai l’impression que le lien n’est pas bon…

Jim

Merci Jim, j’ai corrigé.

ginevra

Merci à toi.
Tu écris :

Mais ce mystère aura une explication à la fin de l’album!

C’est vrai, mais c’est du pur Andreas, j’ai trouvé : une réponse de sa part, c’est encore plus de questions chez le lecteur.
Ce qui ne me dérange pas en soi, mais il continue à désarçonner son monde, le bonhomme.

Jim

Tu fais bien de t’excuser …

… parce que ça fait plein de trucs sur ma liste, ça !!!

6a00d8341c622e53ef022ad3a1ac3b200d-500wi

Attends un peu … ça n’a pas encore atteint ma biblio …

PARFAIT!commeprevu