LES DEMONS DU MAÏS (Fritz Kiersch)

MV5BMDg3OTc2OTQtZDA0My00YTJiLTg3ZTYtOGYwZWM1NWVhZDdiXkEyXkFqcGdeQXVyMTQxNzMzNDI@.V1_FMjpg_UX1000

REALISATEUR

Fritz Kiersch

SCENARISTE

George Goldsmith, d’apès une nouvelle de Stephen King

DISTRIBUTION

Peter Horton, Linda Hamilton, John Franklin, Courtney Gains…

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur
Titre original : Children of the corn
Année de production : 1984

Adaptation d’une nouvelle de Stephen King publiée à l’origine en 1977 (et reprise ensuite en 1978 dans le recueil Danse Macabre), Children of the Corn (Les Démons du Maïs en V.F…mais le film est aussi sorti à l’époque sous le titre Horror Kid) débute par un prologue d’une redoutable efficacité. Dans un trou perdu du Nebraska, les adultes sont massacrés par leurs enfants, (presque tous) tombés sous l’influence d’un prophète qui applique la loi de « celui qui règne sur les sillons », une entité qui hante les champs de maïs à perte de vue de cette région campagnarde.

Le budget étant assez modeste (moins d’un million de dollars), cette séquence traumatique se concentre sur le décor d’un café-restaurant sans que cela réduise l’impact de la scène, tendue et sanglante, le chaos alentour étant judicieusement suggéré par les ambiances sonores (comme les bruits qui proviennent d’un téléphone). Le récit fait alors un bond de trois ans…mais les enfants, eux, ont l’air d’avoir toujours le même âge (fallait bien faire quelques économies sur la distribution)…

MV5BZjk4ZGJjYjYtZWNkMi00ZTVhLWI4MDYtYzY5NjgyNGFjYWQyXkEyXkFqcGdeQXVyMTAxODYyODI@.V1_FMjpg_UX1000

Peter Horton (principalement connu pour avoir joué dans la série Nos plus belles années) et une Linda Hamilton en début de carrière (c’était juste avant Terminator) sont Burt et Vicky, un couple de passage dans le Nebraska. Les tourtereaux sont d’emblée un peu plus sympathiques que leur contrepartie de la nouvelle de Stephen King, qui passaient les premières pages à s’engueuler (un schéma revenu régulièrement dans les histoires courtes de l’écrivain). Sur une route qui semble interminable, ils renversent un enfant. Pensant l’avoir tué, les jeunes mariés se rendent alors compte que le gosse avait été égorgé avant la collision.

Paniqués, Burt et Vicky rejoignent le village de Gatlin. Mais les adultes n’y sont pas du tout les bienvenus. Figure récurrente du cinéma horrifique, l’enfant diabolique est ici au centre d’un suspense à ciel ouvert, sous un soleil de plomb. Le scénario n’échappe pas au problème principal des transpositions à l’écran de textes d’une trentaine de pages (le fait que l’intrigue s’étire un petit peu trop par rapport au matériel de base) mais l’atmosphère est soignée et un brin anxiogène et ces fanatiques religieux qui n’ont pas encore l’âge de se raser assez inquiétants (John Franklin et Courtney Gains, alias Isaac et Malachi, volent souvent la vedette aux deux adultes).

MV5BZTg3NTVjYzMtOTc2MS00NTlkLThhNTEtZDk3MDI5MzU0ZDIxXkEyXkFqcGdeQXVyMTAxODYyODI@.V1_FMjpg_UX1000

Les Démons du Maïs se perd tout de même dans un dernier acte qui n’a pas la noirceur du final de la nouvelle et qui aurait du continuer de jouer sur la suggestion au lieu de se reposer sur des effets spéciaux déjà datés au moment de la sortie. Improvisée sur le tournage, la toute dernière scène est superflue et assez stupide. Mais malgré ces réserves, Les Démons du Maïs reste une bonne petite série B, avec quelques visuels marquants et une première heure solide.

Globalement démoli pour la critique, Les Démons du Maïs a connu un joli petit succès financier à l’époque, avec 15 millions de dollars de recettes. Il aura tout de même fallu attendre neuf ans pour que le premier film de Fritz Kiersch se voit accorder une suite : l’histoire de 30 pages de Stephen King a donné naissance à une (très) longue franchise composée en tout de dix longs métrages et un téléfilm, le dernier en date étant une préquelle passée inaperçue fin 2020.

1 « J'aime »

Il y a eu aussi un court-métrage en 1983…

Ah, c’est pour ça que ça me parlait : c’est ça que j’ai vu.

Tori.

Et comme je disais ailleurs :

Jim

Rien à voir avec les pop corn en fait ?

Blasphémateur !

children-of-the-corn-creepy

Ni avec les Pop Korn :

Tori.

Jonathan Davis a sa propre figurine Pop ?!
J’ignorais qu’il existait une collection ROCKS, je vais aller zieuter qui représentent les 241 figurines précédant celle du chanteur de KoЯn…

Oui il y a du Iron Maiden, AC/DC, Metallica, Guns 'n Roses, Mötley Crüe, Justin Bieber, etc.

Tori.
PS : Oui, il y a un intrus dans ma liste… mais elle est bien dans cette collection !

Il y a du beau monde effectivement, même Britney, N’Sync et Mariah Carey => ici

Tous les artistes ont une pop maintenant à leur effigie xD
Ta même une collection ou ils font la pop de couverture d’album (j’ai vu ça pour Lil wayne)

Mais ça, c’est dans la gamme « Pop albums », même si j’y ai pensé en citant AC/DC :

Il y a aussi d’autres couv (même si ça reprend le costume, mais pas la pose) :

Tori.

1 « J'aime »