L'HORRIBLE INVASION (John Bud Cardos)

7bd981fa2ffec120fc578e417922aec7

REALISATEUR

John Bud Cardos

SCENARISTES

Richard Robinson et Alan Caillou, d’après une histoire de Stephen Lodge et Jeffrey M. Sneller

DISTRIBUTION

William Shatner, Tiffany Bolling, Woody Strode, Altovise Davis…

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur
Titre original : Kingdom of the Spiders
Année de production : 1977

Comme son compère de Star Trek DeForest Kelley avant lui, William Shatner a participé à la vague des films d’animaux tueurs des années 70, un peu passés de mode au début de la décennie avant d’être relancés grâce au succès des Dents de la Mer. La participation de ce bon vieux Dr McCoy à ce sous-genre de l’horreur est tout de même à ranger au rayon nanar (le croustillant Les Rongeurs de l’Apocalypse et ses lapins géants), L’Horrible Invasion (Kingdom of the Spiders en version originale) étant quant à lui plus dans le registre de la bonne petite série B fauchée (à peine 500.000 dollars de budget).

Comme Les Rongeurs de l’Apocalypse, L’Horrible Invasion se déroule dans un décor de petite ville de campagne sortie d’un western. Et les frissons débutent dès le générique avec une chanson country bien typique (brrrr…). Des animaux de ferme et des animaux domestiques meurent mystérieusement dans un trou perdu de l’Arizona. Le vétérinaire du coin (campé par The Shat) fait appel à une biologiste qui lui affirme que les morts ont été causées par du venin d’araignée…

La première moitié du récit n’échappe pas aux clichés habituels : le véto et les habitants de la ville sont d’abord sceptiques et le maire ne veut absolument pas de quarantaine pour ne pas reporter la foire agricole. Le scénario recycle des éléments des Dents de la Mer et des Oiseaux et traîne un peu avec l’amourette entre le vétérinaire aux méthodes rustres mais sympa quand même et la scientifique spécialiste des araignées (Tiffany Bolling a été notamment engagée car elle faisait partie des rares actrices qui n’avaient pas peur de ces grosses bébêtes à huit pattes).

Il y a peu de scènes chocs dans cette première heure mais les rares attaques ne manqueront pas de donner quelques sueurs froides aux arachnophobes (dont je fais partie), les acteurs n’ayant pas hésité à donner de leur personne en se faisant recouvrir de tarentules (là encore, brrr…). Les plans envisagés pour lutter contre cette « revanche de la nature » (c’est l’abus de pesticides qui a poussé les araignées à se rassembler et à devenir beaucoup plus menaçantes) vont bien entendu échouer, menant à la dernière (et meilleure) partie du métrage…

ff-kingdom-spiders4

Le réalisateur John Bud Cardos (Le Jour de la Fin des Temps) orchestre un dernier acte dantesque (et il se débrouille très bien dans la limite des moyens alloués) qui voit d’innombrables araignées surgir pour provoquer le chaos en ville, attaquer les habitants et les héros regroupés dans un hôtel littéralement submergé. Le suspense et les trucages sont bons (il y a eu des fausses araignées pour augmenter leur nombre à l’écran mais je ne les ai pas dissociées des vrais), le huis-clos est efficace, avec des plans accrocheurs…dont le dernier qui est juste excellent !

Un Kingdom of the Spiders 2 a failli être produit dans les années 80 chez Cannon Films, avec William Shatner devant et derrière la caméra, mais la faillite du studio de Golan & Globus a mis un terme au projet.

1 J'aime