TARAM ET LE CHAUDRON MAGIQUE (Ted Berman & Richard Rich)

REALISATEURS

Ted Berman & Richard Rich

SCENARISTES

Ted Berman, Richard Rich, John Musker, Ron Clements…(et j’arrêt là puisque pas moins de 17 scénaristes de la maison Disney ont contribué à l’histoire)…d’après le roman de Lloyd Alexander

VOIX V.O.

Grant Bardsley, Freddie Jones, Susan Sheridan, Nigel Hawthorne, John Hurt…

INFOS

Long métrage américain
Genre : animation/aventures/fantastique
Titre original : The Black Cauldron
Année de production : 1985

Suite à la mort de Walt Disney, la branche animation du célèbre studio connut ce qui est communément appelé un “âge sombre”, marqué par de nombreux bouleversements et réorganisations au sein des équipes de direction et des créateurs et par des projets qui ne suscitèrent pas tous le même engouement que ceux supervisés par Walt Disney. Parmi les longs métrages sortis durant cette période (qui couvre les années 70 jusqu’à la deuxième moitié des années 80), la plupart furent approuvés du vivant de Walt, comme Les Aristochats, Robin des Bois et Les Aventures de Winnie l’Ourson, et ils furent tous quasiment couronnés de succès, même si les critiques ne furent pas toujours unanimes (et ne parlons même pas des films en prise de vue réelles, comme Le Trou Noir, qui se soldèrent souvent par de sévères bides au box-office).

Le seul film qui connut à la fois un échec commercial et critique fut l’épopée de dark fantasy The Black Cauldron, connue chez nous sous le titre Taram et le Chaudron Magique, qui suit le jeune Taram (Taran en V.O.), un apprenti rêvant de chevalerie, et ses compagnons dans leur quête pour retrouver un chaudron doté de puissants pouvoirs avant le Seigneur des Ténèbres, qui compte bien s’en servir pour conquérir le monde. Un sujet et un genre qui ne déplacèrent pas les foules…Taram et le Chaudron Magique ne rentabilisa pas ses frais de production et fut même battu…par le film des Bisounours !

The Black Cauldron est l’adaptation d’une série de romans de l’écrivain américain Lloyd Alexander intitulée Les Chroniques de Prydain. Les droits furent acquis au début des années 70 et pendant plus de dix ans de développement chaotique, une quinzaine de scénaristes se succédèrent sur la tâche impossible de transposer une saga entière en un film d’animation de 80 mn. De nombreux changements furent donc apportés à l’histoire originale par Joe Hale, l’un des derniers auteurs maisons à travailler sur le scénario, avec le but avoué de respecter l’essence des livres plutôt que d’en suivre littéralement la trame.
LLoyd Alexander a lui même avoué par la suite qu’il n’avait pas du tout reconnu son oeuvre, ce qui ne l’a pas empêché d’apprécier le résultat final.

Taram et le Chaudron Magique marquait une rupture par rapport aux Disney précédents, principalement par un ton plus sombre et une totale absence d’intermèdes musicaux. Visuellement, le film de Ted Berman et Richard Rich (les réalisateurs de Rox et Rouky) demeure une réussite : le design des personnages est soigné (surtout les vilains de l’histoire, le Seigneur des Ténèbres et ses larbins, dont le savoureux Crapaud), les décors sont magnifiques (aussi luxuriants que menaçants dans les moments appropriés) et l’animation ne manque ni de personnalité ni de charme.

Mais les nombreuses réécritures du scénario ont tout de même rendu l’ensemble assez bancal : reculant devant l’atmosphère imposée par le récit (et les idées de jeunes animateurs comme Tim Burton), les auteurs ont un peu trop “disneyifié” The Black Cauldron pour son propre bien, les mignons animaux parlants s’accordant par exemple difficilement avec la dark fantasy. Le déroulement est également un peu trop laborieux, avec une quête plombée par de grosses chutes de rythme.
Chose inédite à l’époque, le montage de Taram et Le Chaudron Magique fut même délesté d’une dizaine de minutes par le nouveau président de Disney, Jeffrey Katzenberg, pour en réduire les aspects horrifiques après une catastrophique séance-test.

Beaucoup de défauts, mais dans l’ensemble, Taram et le Chaudron Magique n’est pas un mauvais film…juste un Disney moyen qui rate le coche malgré quelques séquences réussies qui démontrent que le potentiel était bien là…

Je crois que Katzenberg a tenté, pendant toute une journée, de monter différemment le film pour qu’il fonctionne mieux, mais sans succès.

C’est marrant, j’avais l’adaptation en BD/livre de ce film (lu et relu quand j’étais petit), et je ne l’ai jamais vu !

Et moi, j’ai vu le film à l’époque, l’ai adoré, et ai lu l’adaptation en BD dans le Journal de Mickey ensuite (je ne sais pas si la publication de l’adaptation a précédé ou suivi la sortie cinéma (ou un peu des deux : commencée avant la sortie, terminée ensuite), mais je l’ai lue après : je récupérais les vieux Journaux de Mickey de mon cousin qui y était abonné… J’avais donc souvent un gros décalage entre la sortie du magazine et ma lecture de celui-ci)…
J’avais beaucoup aimé le film à l’époque, donc, et il a toujours une petite place dans mon cœur.
Je n’allais pas souvent au cinéma, enfant, mais la plupart des films que j’y ai vus me sont restés comme de bons souvenirs, même s’ils n’étaient pas toujours encensés par la critique, voire par le public.

Tori.

J’avais beaucoup aimé ce film à sa sortie… peut-être parce que j’étais une adulte de 30ans!!
La musique a beaucoup contribué à l’ambiance particulière de ce film avec l’utilisation des ondes Martenot en particulier. En plus, les méchants sont superbes : d’un côté le Seigneur des Ténèbres, ses vouivres et ses séides qui sont effrayants au possible, de l’autre les 3 sorcières qui sont… de vraies sorcières même si elles sont un peu clownesques.

L’un de mes Disney de prédilection.

J’étais un enfant venant d’avoir ses neuf ans, et je l’ai pourtant moi aussi beaucoup aimé à sa sortie… Il fait d’ailleurs partie de la toute petite poignée de films Disney que je possède en DVD.

Tori.

30 ans après l’échec au box-office de Taram et le Chaudron Magique, Disney développe actuellement une nouvelle version des Chroniques de Prydain. Il n’y a pas plus de détails pour le moment, mais l’adaptation à venir devrait cette fois-ci être plus fidèle à l’oeuvre de Lloyd Alexander.

Nom de Zeus, Doc, ça fait plaisir !

Mon Disney préféré (avec La Belle et la Bête). Je n’ai pas vu le film à sa sortie. Mais à l’époque, Télé Star avait sorti l’album d’images Panini avec l’un de ses numéros. Je l’ai donc lu et relu des tonnes de fois (en le complétant, évidemment). Avant d’enfin voir le film, des années plus tard. Et j’ai adoré. Le Horned King, son armée de squelettes; Eilonwy, une princesse avec du charactère (la première du genre ?), etc… .

Ce n’est peut-être pas le meilleur des Disney, mais il a de nombreuses qualités qui font que ce film mérite un visionnage et pourquoi pas plusieurs. :wink:

Il fait également partie de mes Disney préférés, avec Basile Detective privé, qui sont sortis quand j’avais une dizaine d’années et que j’ai tout deux vus au cinéma.
Je pense qu’on garde toujours une petite préférence pour les Disney de notre génération, ceux qui sont sortis pendant notre jeunesse.
Les deux films ci dessus ont plutôt mal vieillis, je les ai revus avec ma fille il y a peu et ait été meme assez déçu d’un point de vue graphisme et animation, alors que ca le fait beaucoup moins cet effet avec les grands classiques.
Et sinon, comme le fait en effet remarquer Ginevra, la B.O de Taram est excellente, composée par Bernstein, et digne d’un vrai film d’aventures Fantasy (c’est d’ailleurs la seule que l’on ait utilisée plusieurs fois sur B.O. BD :wink: )

Ce sont également mes deux Disney préférés (et les deux premiers que j’ai achetés en DVD)…

Tori.

On a le même âge faut dire :wink:

Oui, j’ajoutais juste de l’eau à ton moulin quand tu disais :

Bon, pour Basil, en plus, j’ai toujours été féru de Sherlock Holmes…

Et, comme je le disais plus tôt, je n’allais pas souvent au cinéma, en plus.

Tori.

[quote=“Tori”]

Bon, pour Basil, en plus, j’ai toujours été féru de Sherlock Holmes…

Et, comme je le disais plus tôt, je n’allais pas souvent au cinéma, en plus.

Tori.[/quote]

Mais on a plein de points communs en fait! :slight_smile:

On peut vous laisser, si vous voulez ! :mrgreen:

Tori, Silverfab, Cryptkeeper,
j’ai l’impression que vous êtes comme moi et que vous aimez les Disney où il y a des vrais méchants charismatiques : le Maître des Ténèbres dans Taram, Ratigan dans Basil, Gaston dans la Belle et la Bête (souvent oublié dans le palmarès des affreux alors que, pour moi, il est sur le podium)… Et je soupçonne aussi que les bellâtres du genre le prince de Blanche-Neige ou celui de Cendrillon vous énervent autant que moi.

Je n’ai pas vraiment de Disney préféré. Mais, par souvenir personnel lié à une crise de fou-rire de ma mère, j’ai un petit faible pour Merlin l’enchanteur qui démontait un tantinet le mythe arthurien…

Un tantinet, c’est sûr ; inspiré du cycle de T.H. White il ne pouvait en être autrement. :wink:

C’est cela. J’étais abonné au Journal de Mickey durant les années 80 et je lisais le début de l’adaptation, voyais le film, et découvrais la fin de la bd ensuite.

J’avais vu Taram pareil que vous à sa sortir. Une des bonnes peur au ciné de gosse. L’image de Gurki sautant dans le Chaudron ça m’avait marqué à mort.

Par contre à la revoyure il est descendu dans mon estime. J’admire le parti pris et certains passage mais il souffre vraiment de gros défauts d’écriture et de coupes. Cela dis cette époque de Disney malgré que ca corresponde à mon enfance j’en garde pas de films que j’aime dans l’animation. A part Basil en effet. Pour le reste je reste ancré à un ou deux des années 70 (Robin des bois) et surtout aux premiers films.

Vi, Merlin l’enchanteur, Robin des bois, le livre de la Jungle, … m’ont marqué ceux-ci !