OLIVER ET COMPAGNIE (George Scribner)

32Oliver$26compagnieaffiche

REALISATEUR

George Scribner

SCENARISTES

Collectif Disney

VOIX V.O.

Joey Lawrence, Billy Joel, Cheech Marin, Bette Midler, Roscoe Lee Browne, Robert Loggia…

INFOS

Long métrage américain
Titre original : Oliver & Company
Genre : animation/aventures/comédie
Année de production : 1988

Produit à la fin d’une période troublée pour l’animation Disney (qui a même été appelée par la suite L’Âge Sombre du Studio), Oliver et Compagnie est un film assez oublié de nos jours…en tout cas, je ne pense pas trop m’avancer en écrivant qu’il ne vient pas tout de suite à l’esprit lorsque l’on évoque les Classiques de l’Animation Disney.
Sortie deux ans après Basil Détective Privé, cette libre adaptation moderne du Oliver Twist de Charles Dickens a divisé la critique tout en connaissant un certain succès financier…mais rien de comparable bien évidemment avec la Renaissance de Disney et les cartons mondiaux de longs métrages comme La Petite Sirène, La Belle et la Bête, Aladdin et Le Roi Lion.

Oliver & Compagnie est mignon, rapide (l’ensemble est bien rythmé et les péripéties s’enchaînent très vite sur une durée de 70 minutes) et il y a un joli travail sur la représentation visuelle de New-York et l’utilisation des décors dans l’élaboration des numéros musicaux et des quelques scènes d’action…mais à part cela, le film de George Scribner (qui fut précédemment l’un des animateurs de Taram et le Chaudron Magique) n’est pas vraiment mémorable.

Passé par plusieurs étapes au stade du développement (l’une des premières versions, plus sombre, voyait les parents de Oliver tués par les dobermans du méchant de l’histoire, Sykes…une autre idée évoquait la possibilité d’une participation de Bernard et Bianca), le scénario de Oliver et Compagnie est finalement revenu à quelque chose de plus classique, l’histoire d’un petit chat naïf qui rejoint une bande de chiens des rues (dont le maître est un certain Fagin) avant d’être adoptée par Jenny, une gentille fille riche. Mais les choses se compliquent lorsque la jeune fille est enlevée contre une demande de rançon…

Classique, donc…trop classique. Le déroulement de l’histoire est sans surprises, les personnages sans épaisseur (on peut les résumer à leur fonction et pour la caractérisation, c’est à peu près tout…le roublard, l’intello, la diva, le cliché ethnique…) et les tentatives d’humour sont sympathiques, sans plus. Malgré quelques bonnes idées, l’animation manque globalement de richesse pour du Disney…et pour un retour au film musical, les numéros chantés ne sont pas assez accrocheurs (disons qu’ils ne restent pas du tout en mémoire)…

Oliver-et-compagnie-4_reference

À propos des passages musicaux, il y a quelques cameos amusants pendant la chanson de Roublard (Billy Joel en V.O.), Mais pourquoi m’en faire ?. Les personnages des Les 101 Dalmatiens et de La Belle et le Clochard apparaissent au milieu de la foule new-yorkaise.

Mais c’est bien peu car malgré les quelques bons points soulignés plus haut, je partage l’avis de certains des animateurs Disney pour qui Oliver et Compagnie n’était qu’“un film de chien et de chat de plus”.

Ouais, je m’en souviens parce que c’est un Disney contemporain pour ma petite personne, mais il ne m’a pas marqué, même quand j’étais petit ! Pas après des films comme Peter Pan ou Robin des bois !

Il y a un intermède musical qui me vient parfois en mémoire : la chanson de la caniche Georgette pendant qu’elle se refait une beauté le matin.
Mais cela m’amuse peut-être parce que je n’ai pas dû me maquiller plus de 10 fois dans ma vie, et encore avant 30 ans pour les mariages et autres joyeusetés du même genre… Aussi la caniche fripée au réveil qui met des tonnes de maquillage me fait bien rire.

Ah moi, j’avoue que je peine déjà à me rappeler les numéros musicaux…et pourtant, j’ai revu le film en début de semaine…:wink: