IL ÉTAIT UNE FOIS DANS L'OUEST (Sergio Leone)

REALISATEUR

Sergio Leone

SCENARISTES

Sergio Leone et Sergio Donati, d’après une histoire de Sergio Leone, Dario Argento et Bernardo Bertolucci

DISTRIBUTION

Claudia Cardinale, Henry Fonda, Jason Robards, Charles Bronson, Gabriele Ferzetti, Frank Wolff, Jack Elam, Woody Strode…

INFOS

Long métrage italien/américain
Genre : western
Titre original : C’era una volta il West
Année de production : 1968

Il était une fois un pays en pleine expansion…des villes qui s’agrandissent, des vastes étendues sauvages maintenant reliées par la progression du chemin de fer. Mais sous le vernis de la civilisation et les promesses de loi et de modernité, la violence est toujours là et même la vie d’un enfant ne pèse pas lourd face à la somme d’argent que peut rapporter un bout de terrain…

Il était une fois quatre destins croisés, trois qui représentent le vieil Ouest et un tourné vers l’avenir. L’homme à l’harmonica est un pur héros « Leonesque ». Un vengeur taciturne, un homme sans nom…et quand on lui demande le sien, il répond en citant les noms d’hommes morts dont il se fait le bras armé sur Terre en suivant inlassablement la trace du hors-la-loi qui les abattus. Avec ce personnage, Charles Bronson a débuté sa deuxième partie de carrière, celle pendant laquelle il est devenu une star en Europe après des années à enchaîner les rôles secondaires sur le grand et le petit écran.

Le hors-la-loi en question, c’est Frank. Une ordure dénuée de tout sens moral et assoiffée de pouvoir qui est devenu l’exécuteur d’un magnat du chemin de fer. Sergio Leone a eu l’excellente idée de confier le rôle à Henry Fonda, légende hollywoodienne qui n’avait jusque là quasiment jamais incarné un méchant. Ce fut un choc pour beaucoup de ses admirateurs et il se dit que c’est l’une des raisons pour lesquelles le film a été mal accueilli en Amérique. Ici, Fonda est froid, détestable, magistral !

Jason Robards est Cheyenne, un bandit certes mais un bandit qui ne ressemble en rien à Frank. Une fripouille sympathique, en quête de rédemption, romantique d’une certaine façon (je suis certain qu’il est tombé amoureux de Jill, même si ce n’est jamais clairement exprimé). Claudia Cardinale est Jill. Prête à tout pour survivre, elle n’avait que deux choix dans la vie : prostituée et mère…mais heureusement pour elle, la tournure que prennent les événements lui offrira la promesse d’autre chose…une note d’espoir après un début difficile…

Il était une fois un réalisateur un peu piégé dans le genre western et qui a su rebondir pour créer une nouvelle trilogie, sa vision de l’Amérique et de son histoire. Sergio Leone voulait d’abord tourner The Hoods, qui finira par devenir Il était une fois en Amérique en 1984. Ce sont ses producteurs américains qui lui ont imposé un nouveau western et il a saisi l’occasion de développer le premier volet d’un monument de l’histoire du cinéma…ainsi que de travailler avec un de ses acteurs préférés, Henry Fonda.

Il était une fois une bande originale inoubliable du regretté Ennio Morricone…des thèmes qui font partie intégrante de la caractérisation des personnages, des musiques et des images qui se complètent parfaitement…

Il était une fois dans l’Ouest…

Amen !

(pinaise, le premier thème me file des frissons à chaque fois)…