THE MICHAEL MOORCOCK LIBRARY (Collectif)

En plus de ses nouveautés (Death Sentence, Anathema, Rivers of London, Made Man), l’éditeur Titan Comics révèle qu’il publiera un recueil luxueux The Michael Moorcock Library compilant les aventures comics de Elric de Melniboné.

Ce premier volume comprend les deux aventures « A Sword Called Stormbringer! » et “The Green Empress of Melniboné” de Roy Thomas et Barry Windsor-Smith, ainsi que les adaptations First Comics imaginées par Michael T. Gilbert et P. Craig Russell.

Lien
Le site de l’éditeur: titan-comics.com

Je me demande si Titan a les droits pour rééditer la série Michael Moorcock’s Multiverse (DC Comics - 1997) illustrée par Walt Simonson, Mark Reeve, et John Ridgway, et écrite par Moorcock lui-même ?

Ca serait plutôt cool, oui…en tout cas, quelle bonne idée que ce recueil. Je n’ai jamais lu les histoires dessinées par P. Craig Russell…

Elric of Melborn Vol. #1
Story by Roy Thomas
Art by P. Craig Russell, Michael T. Gilbert
Colors by P. Craig Russell, Michael T. Gilbert
Letters by Tom Orzechowski
Cover by P. Craig Russell, Michael T. Gilbert
Publisher Titan Comics
Cover Price: $22.99
Release Date Wed, February 18th, 2015
ROY THOMAS (CONAN, THE AVENGERS) & P. CRAIG RUSSELL (THE GRAVEYARD BOOK) PRESENT ELRIC’S HARROWING ADVENTURES ACROSS THE DRAGON ISLE!
THE PERFECT INTRODUCTION TO THE WORLD OF ELRIC!
Collecting the first volume of the classic adaptation of Michael Moorcock’s bestselling fantasy saga, Elric of Melniboné marks the perfect introduction to the series’ iconic antihero, his fabled blade, Stormbringer, and his harrowing adventures across the Dragon Isle.
Adapted by former Marvel Comics editor, Roy Thomas, and beautifully rendered by longtime comics illustrator,Michael T. Gilbert, and the multiple Harvey and Eisner award-winning P. Craig Russell, this definitive collection marks an essential read for all fans of sword and sorcery and brings the Moorcock’s epic tales to life with luxuriant imagination.

Source: www.comicbookresources.com

Les sollicitations de septembre 2016 :

52Nbpk

THE MICHAEL MOORCOCK LIBRARY VOLUME 4: ELRIC: WEIRD OF THE WHITE WOLF HC
(W) Roy Thomas (A) P. Craig Russell
Compiling the short stories “The Dream of Earl Aubec,” “The Dreaming City,” “While the Gods Laugh,” and “The Singing Citadel,” The Weird of the White Wolf brings the albino prince Elric and his enchanted sword Stormbringer back to his city of Melniboné for a series of epic adventures, where his might and magic will face the ultimate test! (STL015158)
MATURE THEMES
HC, 7×10, 152pgs, FC $22.99

Hier, j’ai trouvé la réédition de Swords of Heaven, Flowers of Hell, une aventure d’Erekosé réalisée par Howard Chaykin à la fin des années 1970, sur un synopsis de Moorcock (ce qui en fait une histoire inédite en roman, un complément des récits littéraires, en quelque sorte.

FlowersOfHell-Reedition

Je le cherche depuis des années, dans son édition d’origine qui est particulièrement difficile à dénicher (album souple). Je me demande si des fragments, voire la totalité, n’est pas traduite dans des USA Magazine, mais j’ai la flemme de chercher.

FlowersOfHell-Firstversion

Et c’est magnifique. Et l’édition de Titan est splendide. Format comics (donc plus petit que le format graphic novel / album d’origine), mais parfaitement reproduit, sur un beau papier. Wahou !

howard-chaykin_the-swords-of-heaven-p1

howard-chaykin_swords-of-heaven-sample1

Bref, très belle édition. Si tout est de ce tonneau, ça risque de faire un ensemble magnifique.

Jim

Ah ouais effectivement.

Après avoir cherché rapidement, je n’ai pas trouvé de traces d’une version française.

Tori.

Faut que j’aille faire de la varappe dans mes étagères, je crois savoir où chercher, faut juste trouver le temps de dégager quelques piles afin de placer le tabouret au bon endroit…
:wink:

Jim

En cherchant dans mes magazines, je note que je confondais avec Cody Starbuck, qui figurait dans le sommaire des six premiers numéros de Spécial USA (l’héritier de L’Écho des Savanes Spécial USA, ainsi que première formule de USA Magazine, qui reprendra sa numérotation).
Donc ouais, The Swords of Heaven, the Flowers of Hell reste inédit en France, apparemment.
Donc amateurs, n’hésitez plus.

Jim

Je viens de lire le bouquin, qui propose une chouette réédition, sur un beau papier mat, ce qui permet de faire respirer les couleurs sans qu’elles paraissent flashy. Très bon choix.

En gros, le héros était Erekosé, il est désormais Urlik Skarsol, personnage que Moorcock a mis en scène dans le roman Phoenix in Obsidian (dont j’ai l’impression qu’il n’a pas été traduit en France, mais allez savoir, je cherche sans doute mal…). Il se retrouve dans un monde qu’il ne connaît pas au début, et on le suit alors que les souvenirs lui reviennent de manière diffuse (c’est le “champion éternel”, il s’accroche donc aux éléments qu’il reconnaît, et qui se font écho d’un univers à l’autre).
Une guerre se prépare, entre “le ciel” et “l’enfer”, les forces du dernier s’apprêtant à mener l’assaut sur le premier. Urlik cherche des alliances, et comme souvent chez Moorcock, il en trouve, mais pas là où il cherchait. Le récit aligne des scènes de trahison, de poursuite et d’assassinat, jusqu’à ce que le héros puisse organiser une contre-attaque avec l’aide d’une assistance présente depuis le début du récit, mais qu’on n’attendait pas ici.

L’ntrigue est proposée par Moorcock, mais Chaykin se charge du découpage, du dessin et des dialogues (sans doute aussi du lettrage, magnifique, même si je n’ai pas trouvé d’info. Peut-être est-ce son vieux complice Ken Bruzenak qui s’en est chargé ?). Dans son introduction de 1979, reproduite dans l’édition Titan Books, l’écrivain explique que, certes, il a tâté de la BD à ses début de carrière (et de citer une longue liste qui donne envie de se mettre en chasse), mais qu’il a été dégoûté du genre. Raison pour laquelle (je la fais courte), puisqu’il apprécie le travail de Chaykin, il préfère lui confier une trame détaillée et le laisser s’exprimer pleinement. L’autre avantage, que Moorcock évoque également dans ce texte, c’est que cela lui évite de se répéter ou de se parodier lui-même.
Au final, ça donne un récit très sympathique, qui rebondit sur plusieurs thèmes de Moorcock dans cet univers du champion (le siège, la survie, la quête de l’amour perdu, l’arme maudite). Chaykin impressionne par sa virtuosité, l’histoire étant rythmé par des doubles pages à la composition toujours raffinée. C’est un joli tour de force. Et cette aventure étant inédite en roman, elle constitue un parfait complément pour les complétistes du romancier.

(Reste qu’à la lecture, j’ai toujours l’énorme sensation d’avoir déjà lu cette histoire. Et même si les récits inscrits dans le vaste cycle du “champion éternel” peuvent donner cette impression parce que certaines péripéties et certains nœuds d’histoire se répètent, j’ai quand même l’impression d’avoir vu ces pages. Faut que j’aille fouiner dans d’autres magazines, afin de m’assurer de la chose.)

Jim

P.S. : en parlant de l’influence de Moorcock sur les comics :

C’est sûr que sur papier brillant, ce serait du massacre !

le roman Phoenix in Obsidian (dont j’ai l’impression qu’il n’a pas été traduit en France, mais allez savoir, je cherche sans doute mal…).
Il l’a été, mais sous le titre alternatif (The Silver Warriors) : Les Guerriers d’Argent.

Tori.

Ma recherche à partir de Urlik Skarsol n’a pas donné grand-chose en français (en même temps, je n’ai pas cherché au-delà la page 2). En revanche, avec “guerriers d’argent”, ça va un poil plus vite, merci.
Bon, je vois une intégrale chez Pocket de 2007. Ça doit encore être accessible, ça.

Jim

Ah, je savais bien !!!
J’ai déjà lu cette histoire, en VF, il y a des années, dans les cinq premiers de la revue Fantastik, éditée par les Éditions Campus. L’impression y est pas mal, mais le lettrage est, comment dire cela de manière douce… négligent ? Voilà. Négligent.

Fantastik1

Mais à défaut, pour les francophones qui fréquentent les bouquinistes, ces cinq premiers numéros constituent une occasion de découvrir un chouette boulot de “jeunesse” de Chaykin.

Pour les curieux, on parle de la revue Fantastik ici :

Jim

En effet, sous le titre “Les épées du ciel, les fleurs de l’enfer”…
Mes recherches n’avaient pas abouti… et maintenant que tu as trouvé, je trouve l’info également… Comme je l’avais dit, j’avais cherché rapidement… Mais tout de même, un simple passage sur GCD donne la réponse ! T___T

Tori.

Oh, j’ai fouiné dans ma collection personnelle… qui était très mal rangée, au demeurant, sur ce rayon-là…

Jim

Certaines revues et certains magazines francophones n’ont pas forcément leurs sommaires bien référencés sur les sites qui leur sont consacrés (quand le sommaire des numéros apparaît !).
Sur comicsvf, il y a bien la fiche de Fantastik, ainsi que le sommaire de certains numéros, mais sans les liens vers les œuvres d’origine (et sans les auteurs, du coup), ce qui ne facilite pas la recherche inversée (mais c’est un tel travail de tout référencer, aussi…).

Tori.

Faudrait que je prenne le temps d’indexer ce que j’ai… mais justement, il y a le mot “temps”, qui constitue un problème…

Jim

Et plus il passe, plus il le fait rapidement, en plus, le bougre !

Tori.

Même le temps n’a plus le temps de prendre son temps.

Jim