L'ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR (Jack Arnold)


(Le Doc) #1

V1

REALISATEUR

Jack Arnold

SCENARISTES

Harry Essex et Arthur A. Ross, d’après une histoire de Maurice Zimm et une idée de William Alland

DISTRIBUTION

Richard Carlson, Julie Adams, Richard Denning, Antonio Moreno, Whit Bissell…

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur
Titre original : Creature from the Black Lagoon
Année de production : 1954

Dernier des grands monstres classiques de la Universal, le “Gill Man” (ou “homme aux branchies”) est un humanoïde amphibien qui vit dans un lagon (et pas dans un lac comme le suggère l’inexacte traduction française du titre) au coeur de la forêt amazonienne. Ce lagon est “un paradis sur Terre” selon l’un des protagonistes de L’Etrange Créature du Lac Noir, le truculent capitaine du bateau…mais duquel personne n’est jamais revenu.

L’Etrange Créature du Lac Noir repose sur des recettes maintes fois éprouvées. Le long métrage de Jack Arnold se réclame de la pléthorique descendance du Le Monde Perdu de Harry O. Hoyt, l’adaptation du roman de Sir Arthur Conan Doyle datant de l’époque du muet, avec son expédition qui découvre une créature préhistorique au fin fond de l’Amazone. Le thème de “La Belle et la Bête”, souvent repris dans de nombreux films de monstres, est également présent et L’Etrange Créature du Lac Noir a régulièrement été décrit, à juste titre, comme un “King Kong aquatique”.

Creature-from-the-Black-Lagoon-review

Sur le fond, L’Etrange Créature du Lac Noir n’est donc pas d’une franche originalité. Mais c’est son traitement qui en fait tout l’intérêt. On retrouve à la très efficace mise en scène Jack Arnold, un spécialiste de la série B de S.F. et d’horreur des années 50, qui venait de réaliser Le Météore de la Nuit, un succès de 1953 qui allait être décisif dans la décision des producteurs de lui confier L’Etrange Créature du Lac Noir (et notamment car les deux films partagent la particularité d’avoir été tournés pour la 3D). Jack Arnold allait ensuite définitivement marquer l’Histoire du genre avec Tarentula en 1955 et L’Homme qui rétrécit en 1957.

Secondé par James C. Havens, Jack Arnold a concocté de fascinantes scènes sous-marines qui font partie des meilleurs moments du film. Le récit ménage des scènes d’action particulièrement tendues (avec une révélation de la créature qui a du faire sursauter le public des fifties…surtout avec la 3D)…et il y a aussi ce passage inoubliable du ballet aquatique, moment suspendu dans le temps (et qui ne manque pas d’une certaine poésie) qui voit l’amphibien subjugué par la belle Julie Adams dans son maillot de bain blanc.

6746_4

Comme Kong, le Gill Man, dont l’apparence a été créée par la dessinatrice conceptuelle Millicent Patrick et le chef maquilleur Bud Westomore, fait partie de ces monstres qui finissent par inspirer la sympathie. Car après tout, il est dérangé et traqué sur son territoire par des hommes qui veulent soit l’étudier, soit le chasser pour en faire un trophée. Au terme d’un intense dernier affrontement contre le scientifique incarné par Richard Carlson (déjà à l’affiche du Météore de la Nuit), le long métrage se termine sur un dernier plan qui laisse planer le doute sur le sort de la créature.
Car en cas de succès, il fallait bien penser aux possibles suites…

Et suites, il y a eu. Jack Arnold a rempilé en 1955 pour La Revanche de la Créature, un deuxième opus dans lequel apparaît brièvement un débutant nommé Clint Eastwood. John Sherwood a ensuite pris la relève en 1956 pour La Créature est parmi nous, chapitre final de la trilogie de “l’Homme aux branchies”.


L'HOMME QUI RÉTRÉCIT (Jack Arnold)
(Le Doc) #2

En 1963, Dell Comics a publié une libre adaptation du long métrage de Jack Arnold sous le titre The Creature.

creaturedell4

La version dessinée par Art Adams (un grand fan du film) pour Dark Horse en 1993 semble beaucoup plus fidèle.

963def7c6f20b74429e04179e32a5743

7fe47a25ecde47723e474c4b5e9674cd

monkey%20015


(artemus dada) #3

Un fort joli rappel, qui tombe très à propos (suivez mon regart : la sortie du dernier film de Guillermo del Toro).

Maintenant que tu en reparles, je crois bien l’avoir vu à la télévision en 3D, il y a déjà plusieurs lunes.


(ALEXA) #4

C’est bien ce film là qui était passé dans La dernière séance au début des années 80 et que l’on a regardé avec les fameuses lunettes 3D ? (c’était toute une histoire d’ailleurs à l’époque)
J’ai le souvenir d’un film avec une créature sortant des eaux mais je ne sais plus si c’est celui-là.


(Le Doc) #5

C’était bien celui-là !


(ALEXA) #6

Ah, merci Doc !^^
Si je ne me souviens plus vraiment de l’histoire du film, je garde en tête l’image de la créature sortant de l’eau, mais surtout du contexte de la diffusion. On parlait beaucoup du film et des lunettes 3D qu’il fallait se procurer pour le voir. Je crois même que certaines lunettes étaient fournies dans les programmes TV.


(ginevra) #7

Les films fantastiques de cette période restent visibles malgré les trucages souvent simplistes… et peut-être aussi à cause d’eux.

N’y a-t-il pas eu un remake en couleurs, Doc?

ginevra


(Le Doc) #8

Non. Il y a bien eu plusieurs projets de remake, mais ils ont tous été abandonnés…


(ginevra) #9

Merci.