CUJO (Lewis Teague)


(Le Doc) #1

V1_SY1000_CR0,0,662,1000_AL

REALISATEUR

Lewis Teague

SCENARISTES

Don Carlos Dunaway et Lauren Currier, d’après le roman de Stephen King

DISTRIBUTION

Dee Wallace, Daniel Hugh Kelly, Danny Pintauro, Christopher Stone, Ed Lauter…

INFOS

Long métrage américain
Genre : horreur
Année de production : 1983

L’année 1983 fut un bon cru pour les adaptations cinématographiques des oeuvres de Stephen King avec les sorties successives de Cujo de Lewis Teague, Dead Zone de David Cronenberg et Christine de John Carpenter. King s’est particulièrement impliqué sur Cujo, qui est le premier film (si on met de côté le film à sketches Creepshow qui n’est pas basé sur un de ses romans) à avoir suivi le Shining de Stanley Kubrick, un long métrage que le romancier n’apprécie pas particulièrement (ce qui se comprend…mais ceci est une autre histoire).
En ce qui concerne Cujo, King a suivi les étapes de la production, a même remanié une partie du scénario sans être crédité et accepté que la fin du roman soit changée pour peut-être enfin (car ce n’est pas à 100% évident vu la façon dont le récit s’arrête) offrir un peu d’espoir à ses personnages (le final du livre est très dur, vraiment déchirant, et King a toujours pensé qu’il y était allé trop fort…mais il a aussi avoué qu’il ne se rappelait pas du tout quel était son état d’esprit quand il l’a écrite écrit tant il était imbibé d’alcool à l’époque)…

C’est également King qui a suggéré que Lewis Teague soit engagé à la réalisation après l’éviction du premier réalisateur. Le tournage de Cujo a en effet débuté sous la direction de Peter Medak, l’auteur de L’Enfant du Diable (qui demeure l’un des films d’horreur préférés de Stephen King), avant que celui-ci se fasse virer au bout de deux jours suite à des désaccords avec l’un des producteurs. En bon fan de cinoche de genre, King s’est dit que Lewis Teague, dont il avait apprécié L’Incroyable Alligator sorti en 1980, ferait un très bon remplaçant. Et il avait bien raison…

Stephen King a eu l’idée de Cujo suite à une situation qui a servi d’inspiration pour l’une des scènes du livre : alors qu’il avait emmené sa moto chez un mécanicien qui vivait selon ses termes “au milieu de nulle part”, il s’était retrouvé face à un immense Saint-Bernard à priori inoffensif mais qui semblait pourtant sur le point de l’attaquer. Un bon point de départ pour un suspense intense qui prend place dans un lieu unique.
Avant cela, King prend bien soin de développer ses personnages, une famille en crise. Vic Trenton, le mari, s’est éloigné à cause de son travail et Donna a trompé l’ennui dans les bras d’un autre homme. Ce qu’elle regrette terriblement maintenant…mais bien trop tard…

Leur fils, Tad, souffre de terreurs nocturnes…et il a également peur du gouffre qui se créé entre ses parents. Une situation familiale crédible, notamment grâce à la très bonne interprétation et aux choix scénaristiques. Le premier acte condense plutôt efficacement les aspects dramatiques du matériel de base et met de côté la petite touche fantastique du bouquin (car il y en a une, même si elle n’est pas l’élément le plus important) pour privilégier la terreur ancrée dans la réalité…la personnification des peurs de l’enfant sous la forme de l’éloignement des personnes qu’il aime plus que tout…et d’un Saint-Bernard enragé…

Cujo-1983-3

Cujo commence de manière bucolique, par une scène où un Saint-Bernard tente d’attraper un lapin qui se réfugie dans un trou dans le sol…là, le brave toutou coince sa tête et se fait mordre par une chauve-souris qui lui inocule la rage. La suite décrit la lente et douloureuse transformation de l’animal, rendu fou par la maladie. Lorsque Donna et son fils Tad se retrouvent bloqués chez le mécanicien Joe Camber après que leur voiture ait rendu l’âme, Cujo a déjà goûté au sang…
À partir de ce moment, la tension est palpable, omniprésente, d’une moiteur étouffante…et elle ne quitte pas l’écran jusqu’au final. Cette dernière demi-heure est une mécanique de suspense implacable, impeccablement réalisée et aux effets spéciaux indécelables.

Dans le rôle de Donna, l’actrice Dee Wallace (qui s’appelait alors Dee Wallace-Stone, car elle était mariée à Christopher Stone, également au générique puisqu’il joue son amant) livre une prestation mémorable et forme un beau duo avec le jeune Danny Pintauro. Pleine de fragilité dans la première de l’histoire, quand elle sent que sa vie de famille lui échappe…forte en mère qui est prête à tout pour sauver son fils, tout en essayant de garder elle-même son calme afin de le rassurer, ce qui est loin d’être facile. Ses démonstrations d’héroïsme maternel lors du point culminant de Cujo sont impressionnantes. Une superbe interprétation de la part de celle qui a souvent joué la mère dans le cinéma de genre des années 70/80 (La Colline des yeux, E.T., Critters…).


(Photonik) #2

Celui-là, ça fait des lustres que je l’ai pas vu mais j’en garde un excellent souvenir. Une série B tendue comme un arc et remarquablement tenue.
Par curiosité, quelle était la fin originelle du roman (même si je m’en doute un peu compte-tenu de ton commentaire) ?


(Jim Lainé) #3

Je l’ai revu récemment, et il est très bien. Effectivement, parfaitement tenu, avec des acteurs super, et un maquillage incroyable pour le chien (je plaisante pas : m’étonne pas qu’il soit vénère, le clébard, avec la couche de gélatine dégoulinante qu’ils lui ont flanqué sur le museau). Un film qui vieillit particulièrement bien.

Jim


(Le Doc) #4

Comme tu t’en doutes, Tad ne survit pas à la fin.


(Lord-of-babylon) #5

Je suis sur que si on réalisé le film maintenant on serait capable de placer des éléments pour l’inclure dans une mythologie “kingienne” alors que ceux-ci furent enlevé du film

Cujo se déroulant à Castle Rock, fait référence à Frank Dodd le tueur dans Dead Zone et voit la mort du shérif Bannerman (personnage découvert dans Dead Zone)

J’aime beaucoup ce film notamment toute la partie dans la voiture. On ressent bien cette peur et cette incapacité à sortir de la situation


(Photonik) #6

Merci ! C’est ce que j’imaginais au vu de ton commentaire : bien dark, en effet.


(Lord-of-babylon) #7

Et un des trucs que je trouve assez remarquable dans le livre c’est qu’il consacre quelques pages à l’après

la gestion du deuil, la lente et douloureuse vie au quotidien et la reprise en main, le couple qui se reconstruit etc etc


(Le Doc) #8

Je pense aussi. C’est le but de la future série Castle Rock, si j’ai bien compris. Je n’ai pas encore vu La Tour Sombre, mais d’après les teasers, l’idée de l’“Univers Kingien” est repris.
À une époque qui n’était pas encore habituée aux univers partagés, ce n’était bien sûr pas courant de faire ce genre de références (dans le même ordre d’idée, le shérif Pangborn joué par Ed Harris dans Le Bazar de l’Epouvante ne mentionne pas les événements de La Part des Ténèbres, où le perso est incarné par Michael Rooker)…principalement parce qu’il y avait aussi les problèmes de droits qui entraient en compte puisque les films étaient gérés par différents studios. Cujo et Christine apparaissent bien dans le film à sketches Cat’s Eye, mais là on est plus dans le clin d’oeil…


(Le Doc) #9

En fait, et d’après les différents témoignages des making-of, les chiens qui jouaient Cujo aimaient lécher cette mixture qui était très sucrée. Ce n’était également pas facile de dresser des Saint-Bernard pour ces scènes, compte-tenu de la nature de ces gris toutous, mais le boulot est bluffant (dans la scène où Cujo attaque le pote de Joe Camber, son regard me file la pétoche à chaque fois). Il n’y a eu qu’un seul vrai incident, quand l’une des cascadeuses s’est fait mordre au nez par l’un des chiens (mais rien de grave, hein…).

Pendant longtemps, j’ai cru qu’ils avaient juste utilisé des vrais chiens et des chiens mécaniques (comme pour la scène où Cujo percute la voiture avec sa tête)

427701ac9c459c5bde53a11aa515e1ed--the-sandlot-behind-the-scenes

Et puis je suis tombé sur cette photo d’un cascadeur qui avait enfilé un costume de chien pour les passages où Cujo se jette sur Donna

IMG_3021

Comme je l’ai écrit plus haut, cela ne se voit pas du tout à l’écran, tant la réalisation et le montage sont maîtrisés dans ces moments d’une grande intensité…

Et du coup sur le tournage, il fallait aussi savoir relâcher la pression…même si Dee Wallace a avoué avoir mis du temps à s’en remettre tant elle était fatiguée physiquement et moralement…

deecujo1


(Jim Lainé) #10

deecujo1

We’re off to see the wizard,
The Wonderful Wizard of Oz

Jim